Joie de vivre

Le troupeau

En route pour un petit tour dans la nature, dans les montagnes des Alpes de Haute Provence, en compagnie de deux jeunes charpentiers. Je les ai trouvés bien agréables à écouter, ces deux garçons qui avaient l’air de savoir tout faire de leurs dix doigts et d’être si contents de leur vie.


La cabane du berger

Transcription:
– Bonjour.
– Bonjour.
– Qu’est-ce que vous faites ?
– On fait des travaux.
– On fait la cabane du berger.
– C’est vrai ?
– Ouais.
– Parce que vous êtes bergers ?
– Eh non, on est charpentiers. Sinon, on garderait les moutons.
– Ah oui, mais enfin vous pourriez redescendre. Là vous avez un chien dans le… l’arrière de votre camion.
– C’est pour garder les outils.
– Ah oui.
– C’est pour garder le chantier.
– Parce que autrement (1), on peut se faire voler les outils là-haut, même au bout du monde ?
– Non, j ‘y crois pas.
– Rabou (2) du monde.
– Eh ouais, c’est ça.
– Vous savez pourquoi Rabou, d’où ça vient, ce nom ?
– Aucune idée.
– Et alors là, vous allez où, là (3) ?
– Qu’est-ce qu’on va faire ?
– On va acheter du bois.
– Ah oui, pour faire la charpente.
– Eh oui, oui, oui. Forcément. (4)
– Elle est à quelle distance d’ici la… la cabane ?
– Une heure à pied en marchant bien (5).
– Je peux avoir votre prénom ?
– Sylvain.
– Nico. (6)
– C’est exceptionnel de bosser dans un cadre pareil (7) pour vous, là !
– Oui oui. C’est pas mal ! (8) On l’a choisi.
– C’est vrai ?
– Eh oui, oui. On a répondu à l’appel d’offres (9), on a fait les plans, machin (10). On s’est afilé (11) un peu pour l’avoir, le chantier. Ça se fait pas tout seul.
– J’imagine qu’une cabane de berger, c’est pas non plus le chantier du siècle.
– Na…. (12) C’est pas celui qui fait le plus de sous (13) parce que c’est un appel d’offres, mais c’est celui qui est le plus agréable à bosser. Du coup, on choisit ce qu’on veut.
– Et vous en avez pour combien de temps ?
– On voudrait bien que ça soit fini dans trois semaines, pour partir en vacances.
– Ah, voilà ! En ce moment, c’est un peu… on parle de la rentrée (14), mais vous, la rentrée, ça n’existe pas.
– Non, non, non.
– La rentrée, non. Non, point de (15) rentrée.
– Pas de vacances, pas de rentrée.
– Et ça fait combien de temps que vous avez commencé le boulot là-haut ?
– Un mois, ouais.
– Quand vous me dites ça, un mois, encore trois semaines de boulot, je me dis : Mais c’est un… C’est pas une cabane qu’il a, le berger là-haut ! C’est… c’est un château, non ?
– Pas mal.
– Ah ouais, ça, il y a l’eau chaude, il y a l’électricité. Bah on remonte, là, dans dix minutes. Tu veux monter ?
– Ah bah, d’accord.
– On repasse, non, c’est vrai, dans dix minutes, on remonte. On va chercher le groupe.
– On fait ça ?
Ouais.
Allez ! (16)
A plus. (17)
– A plus.

– Ça secoue !
– Eh ouais, ouais, ça fait une bonne route, hein !
– Nous, c’est notre périph (18) quotidien.
– Eh oui, c’est ça, oui.
– C’est pas mal, hein !
– Ah oui, ça, non, c’est pas mal comme cadre !
– Même pas quotidien parce queon dort au chantier.
– Vous vivez là, alors ?
– Ouais. Bah la semaine un peu.
– Et le weekend, vous rentrez chez vous ?
– Ouais.
– Et donc là, on est devant la cabane du berger. Mais oui, je comprends mieux. C’est pratiquement (19) un chalet que vous êtes en train de construire !
– C’est une cabane autonome, avec l’eau, l’électricité, l’eau chaude, la douche. Tout, quoi !
– Qui finance cette construction ?
– C’est la commune.
– La commune de Rabou ?
– Ouais.
– Il y a un berger qui est rattaché à cette… ? Ou c’est pour tous les bergers qui passent dans le coin (20 ?
– C’est pour tous les bergers. Après, chaque… Les éleveurs, en gros (21), ils choisissent un berger chaque année. Là, c’est deux… deux femmes qui se… qui se relaient et… Bernadette et Claude.
– Elles sont où, les bergères, là ?
– Bah elles sont en montagne. Les moutons sont partis… sont partis ce matin, là. La bergère a couru après. Et du coup, je sais pas trop où elle est mais elle revient le soir en général vers… vers 7 heures.
– Là, le… le petit truc à l’entrée, là, c’est…
– C’est des toilettes.
– Ouais, c’est ce que j’allais dire.
– Toilettes sèches
– Des toilettes à l’entrée, là, juste…
– Eh ouais, ouais.
– Jette un œil. (22)
– Ouais, ouais, tu peux rentrer, là. Visite ! Il y a  mon lit qui est en haut, là déjà.
– Déjà, ouais.
– On sait pas si on la rendre en fait, c’est ça le problème !
– Oh bah ça, je comprends ! Quand vous avez fini les travaux, là…

Quelques détails :
1. autrement = sinon (cest-à-dire ici : si on n’a pas de chien de garde.)
2. Rabou : c’est le nom d’un village dans les Alpes de Haute Provence. Un peu perdu, ce qui explique le jeu de mots à partir de l’expression « au bout du monde », qui décrit un endroit isolé.
3.  : comme souvent, ce mot ne désigne pas un lieu mais signifie : en ce moment.
4. Forcément : il emploie cet adverbe pour dire que c’est logique puisqu’ils sont charpentiers. C’est normal qu’ils aillent acheter du bois.
5. En marchant bien : c’est-à-dire en ne traînant pas, en allant à un bon rythme.
6. Nico : c’est le diminutif de Nicolas.
7. Dans un cadre pareil : dans un aussi bel environnement, dans un lieu aussi beau.
8. C’est pas mal : cela signifie ici que c’est vraiment bien. Cette expression s’emploie aussi dans un sens moins fort (= c’est assez satisfaisant). Tout dépend du ton avec lequel on le dit.
9. Un appel d’offres : quand des villes, des organismes publics veulent construire quelque chose, acheter quelque chose, on propose ça aux entreprises. Chacune fait une offre, une proposition et il y a comparaison entre elles, avant de choisir parmi ces entreprises concurrentes.
10. Machin : il emploie ce mot au lieu de donner tous les détails du processus. Ce mot familier sert ici à écourter la présentation. Mais on devine tout le reste.
11. On s’est afilé = On s’est préparé. (c’est un verbe ancien qui n’est employé que dans certaines régions.)
12. Na (?) : on dirait qu’il va dire non mais en fait, ce qu’il dit n’est pas un mot !
13. Qui fait le plus de sous : qui rapporte le plus d’argent, qui permet de gagner le plus. (familier). Les sous est le mot familier qui désigne l’argent : J’ai plus de sous. / Il gagne beaucoup de sous. / Qu’est-ce que tu vas faire de tous ces sous ?
14. La rentrée : c’est le mois de septembre, lorsque l’école reprend et que c’est le début d’une nouvelle année scolaire.
15. Point de = pas de (Dans certaines régions, on entend cette négation qui était utilisée autrefois.)
16. Allez ! : ici, cela signifie qu’on est d’accord avec la proposition faite. C’est comme dire : c’est bon, on fait ça. C’est pour montrer que le marché est conclu.
17. A plus : c’est un raccourci de A plus tard. (style familier et oral)
18. le périph = le périphérique, c’est-à-dire les voies rapides qui font le tour de Paris et empruntées tous les jours par des millions d’automobilistes pour se déplacer à Paris. La plupart des gens utilisent l’abréviation.
19. Pratiquement : quasiment, presque.
20. Dans le coin : par ici, dans cet endroit
21. en gros : sans entrer dans les détails
22. jeter un œil : regarder, mais sans y passer trop de temps. (familier)

C’était un petit passage de cette émission.

Publicités

Étiquettes : ,

3 responses to “Joie de vivre”

  1. Svetlana says :

    Bonjour Anne, moi aussi, j’essaye de prendre plaisir à tous ce que je fais, même si locuteur avec qui je parle en français est imaginaire. Dommage qu’il ne puisse pas me corriger. A bientôt.

    J'aime

  2. Anne says :

    Tu as bien raison, Svetlana. C’est souvent à nous de choisir comment nous voulons voir les choses.
    Juste une petite correction : tout ce que je fais. Et: le locuteur, avec l’article devant le nom.
    A bientôt.

    J'aime

  3. Svetlana says :

    D’accord, merci Anne.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :