Tirer vers le haut

Piano

Combattre l’ignorance, les préjugés, l’absence de réflexion et de liberté. Et commencer par les enfants: leur donner des passions, des envies, des moyens de se construire de belles vies, d’autres horizons. C’est ce que permettent la lecture, la musique, l’art, toute forme de création. En un mot, ce qu’on appelle la culture. Qui devrait être accessible à tous.
C’est ce que fait le CREA – un centre d’éveil artistique – à Aulnay-sous-Bois, banlieue pas favorisée du tout.
Voici un petit reportage entendu jeudi dernier à la radio, où il est question d’apprendre le sens de l’effort avec patience, d’engagement, de dépassement de soi. Et de plaisir.
Ma meilleure amie, pianiste, est engagée dans un travail semblable à Bondy, et en entendant la jeune fille du début du reportage, j’ai pensé à ses élèves, Michaël, Valérie, Simgué et les autres dont elle a changé la vie.

L’Art pour tous

Transcription:
– Alors, c’était comment cette répétition, là ?
– Alors on commence à avoir l’habitude parce que ça fait plusieurs fois qu’on est en tournée (1), donc on le fait depuis plusieurs fois. Mais c’est… c’est super agréable d’être dans ce lieu. C’est… c’est immense. On a… On est allés au Châtelet (2), mais… Et c’est tout petit, mine de rien (3)! Ici, c’est plus grand. Donc le principe de Didier et du CREA, c’est qu’il prend les enfants sur la motivation. Moi, moi, je suis là depuis que j’ai 12 ans, quelque chose comme ça. Maintenant, je vais en avoir 20. Je … J’ai découvert le truc (4), je suis venue aux répétitions plusieurs fois. Et donc il a vu que j’étais présente, que j’étais là, que je venais et ce… Enfin, j’ai vu que c’était mon rêve, que c’était ça que je voulais faire. J’avais pas fait de chant, j’avais fait de la danse, il nous prend comme on est et il nous tire à… le plus qu’il peut, quoi.
Si… si il fallait dire une seule chose, c’est qu’il écoute les enfants, il a vraiment confiance en nous, enfin c’est… ça… Je pense qu’on est beaucoup à avoir été mais sauvés (5) dans notre adolescence par Didier parce que on a quelqu’un qui nous écoute, quoi, qui prend nos propositions artistiques, même de vie de groupe vraiment au sérieux, qui a confiance en nous, qui nous dit : « Alors toi, tu vas faire ça, toi, tu vas faire un solo de danse ou tu vas faire une galipette (6) en l’air », tu t’y crois pas une seconde et en fait, il t’y amène. On travaille sur le répertoire de toute mon enfance, enfin le… la comédie musicale américaine. J’ai toujours rêvé de chanter ça sur scène ! West Side Story quand même ! Alors là, c’est… Enfin là, j’ai… j’ai un solo de danse sur Maria, c’est le… C’est… Je pouvais pas rêver mieux ! Et ça, c’est le CREA qui peut offrir ça à des enfants et c’est nulle part ailleurs, nulle part ailleurs !
– Vous avez quelque chose qui donne la part belle (7) à la culture, au chant, à la danse et au théâtre. C’est vrai que c’est pas la première image qu’on a de la banlieue, notamment parisienne, mais on ne se juge pas, comme dans d’autres troupes où par exemple, au niveau des solos, c’est quelque chose de… de très… de très important pour certaines troupes. Il y a des… à la limite des castings internes. Et nous, c’est pas cette ambiance-là, c’est plus pousser l’autre à… à bien faire. On est content quand… quand quelqu’un a un solo à défendre. Tout le monde est au même niveau finalement. Et c’est ça que… que j’aime bien.
– (Didier Grojsman) : On est une société où toute faute… enfin on est pénalisé partout, même au boulot, hein, en calquant (8) sur les structures américaines, là, avec les médailles affichées d’office (9) dans certaines entreprises. Moi, je mets tout ça en l’air (10) parce que je pense que… que c’est l’inverse qu’il faut faire. Pour arriver (11) dans la vie, faut (12) voir le nombre de gamins (13) pré-programmés pour… pour un système où il y a castings, éliminations, jugement, compétition et tout ça. Moi, je pars du principe qu’un individu, il se construit positivement dans un collectif (14). Et celui qui chante très bien, bah il doit se… Il doit aider absolument… être parrain (15) de celui qui chante moins bien. Il faut absolument pas… Faut pas lâcher (16). Faut pas qu’on lâche l’affaire, sinon on va se faire complètement… complètement bouffer (17).
– C’est extraordinaire d’entendre ces témoignages et de voir… en effet, elle a employé le mot, la… la petite à un moment, « sauver » . Et je me disais ça aussi en l’écoutant : en effet, dès qu’on tire vers le haut (18), dès qu’on est à la recherche de l’excellence dans ces âges tendres-là, on est sauvé pour la suite.
Ça les… Et elle a parlé de la confiance aussi, et cette œuvre collective, et ce regard sur eux qui les grandit, et le fait de faire de la musique et de réaliser quelque chose d’exigeant, parce que il faut… Si on n’exige pas, on ne va pas très loin et là, c’est sûr qu’il.. qu’on leur met la barre très haut (19), et… et… Mais ils peuvent y aller parce qu’il y a une espèce de moteur et qu’ils n’ont pas le droit de… de reculer et il se découvrent eux-mêmes à travers ça. Et… et en effet, dans nos sociétés présentes, ces valeurs-là, elles sont… vraiment à faire… à préserver… plus que préserver, à encourager au maximum, et moi, ça me…en effet, ça me désespère de voir qu’on n’y croit pas suffisamment. Parce que en plus, sur le plan social, il y a une espèce de… de lien tellement fort et le plan… aussi à travers les générations entre les… le professeur, celui qui transmet et puis eux, et tout le monde. Et il y a une solidarité extraordinaire et le public forcément sent ça aussi. Et que ça se passe à Aulay-sous-Bois, c’est… c’est vraiment particulièrement fort.

Quelques explications :
1. être en tournée : pour une troupe d’artistes, cela signifie présenter leur spectacle dans différentes villes.
2. Le Châtelet : c’est un des grands théâtres de Paris.
3. Mine de rien : cette expression signifie ici « en fait ».
4. le truc = ça / ce lieu. (Style familier)
5. on a été mais sauvés : le fait d’ajouter « mais » donne plus de force au mot qui suit. (C’est uniquement oral)
6. une galipette : une roulade. (familier)
7. donner la part belle à / faire la part belle à quelque chose : lui donner beaucoup de place, beaucoup d’importance, la priorité.
8. Calquer sur quelque chose : prendre quelque chose pour modèle, l’imiter.
9. D’office : obligatoirement, sans demander leur avis aux gens
10. mettre quelque chose en l’air: détruire quelque chose (plutôt familier)
11. arriver dans la vie : réussir dans la vie, d’un point de vue matériel, du point de vue de la réussite sociale.
12. Faut = Il faut (style uniquement oral)
13. un gamin = un enfant (familier)
14. un collectif : un groupe où les gens travaillent ensemble, collaborent vers un but commun.
15. Un parrain : quelqu’un qui vous apporte son aide et sa protection, qui s’occupe spécialement de vous.
16. Faut pas lâcher : Il ne faut pas renoncer, il faut continuer absolument et résister aux courants contraires.
17. Se faire bouffer = se faire manger, donc être détruit, voir tous ces efforts anéantis. (familier). Il veut dire que c’est une bataille incessante pour trouver les budgets, les structures, les aides pour mener à bien toutes ces actions qui évidemment ont un coût et ne paraissent pas rentables d’un point de vue de gestionnaire.
18. Tirer vers le haut / tirer les gens vers le haut : leur permettre d’accéder à des choses plus complexes, exigeantes, riches. Le contraire, c’est tirer vers le bas, comme le font par exemple certaines émissions de télé que regardent certains jeunes à qui on ne donne accès à rien d’autre. (Je pense à des émissions comme « Les Marseillais à Rio », une émission de télé-réalité affligeante à un point, vous ne pouvez pas imaginer ! Totalement affligeant : quels modèles on met sous les yeux de nos jeunes ! )
19. mettre la barre très haut : ne pas proposer quelque chose de facile, donc il faudra « sauter très haut », donc s’entraîner, travailler, aller au bout de soi-même.

A regarder absolument, cette courte vidéo qui présente le CREA:
De quoi donner envie.
De quoi donner espoir !
A un moment, quelqu’un dit : Un enfant est créateur s’il est nourri.
C’est exactement ça, il faut se nourrir de ce que les autres ont créé, imaginé, vécu, raconté.
(S’il y a des passages que vous ne comprenez pas bien, demandez-moi, je transcrirai ou expliquerai.)

Publicités

Étiquettes :

2 responses to “Tirer vers le haut”

  1. Béréenne attitude says :

    Sympa d’entendre parler « ma » langue ! 🙂

    J'aime

  2. Isabel says :

    jolie expérience

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :