Dans mon assiette

Dans mon assiette

Dans mon assiette colorée, fraîcheur des tomates et des concombres. L’été approche !

Mais au sens figuré, dans mon assiette, signifie autre chose:
Dire de quelqu’un qu’il n’était pas dans son assiette hier revient à dire que cette personne n’était pas en forme, qu’elle ne se sentait pas très bien.
Par exemple: Je ne suis pas dans mon assiette. Je crois que je vais rester tranquillement à la maison.
(Cette expression s’emploie toujours à la forme négative.)
J’espère que vous n’aurez pas à l’employer en français !

Publicités

Étiquettes : , ,

4 responses to “Dans mon assiette”

  1. Philippe says :

    Voilà un petit texte ideal pour une classe de conversation avec nos élèves brésiliens ! Merci !

    J'aime

  2. Romar Rogerio Vallory says :

    Anne, ça me manque toujours l´audio, Car il y en qu´il y en a mais pas toujours.
    J´adore écouter votre voix et l´accent français.
    Je suis brésilien et écoutér le français m´aide beaucoup.
    Comme sujet je’ voudrais comprendre mieux porquoi les français utilisent souvent le mot  » QUOI » dans le fin de la phrase et aussi utiliser le mot  » dont »).

    Merci et felicitations pour votre travail, excellent!

    Romar

    J'aime

    • Anne says :

      Bonjour Romar et merci pour ce message. Oui, j’essaie de mettre le maximum d’enregistrements sur ce blog car l’oral est sans doute le plus difficile dans une langue. Mais j’essaie aussi de varier les plaisirs !
      A propos de « quoi » à la fin des phrases à l’oral, c’est juste un tic de langage, familier. Je ne sais pas bien pourquoi nous faisons ça. ça n’a pas vraiment de signification, c’est pour faire une petite pause et aussi peut-être pour souligner ce qu’on vient de dire. On l’entend chez les autres, alors on le fait. Mais ce n’est pas très joli et personnellement, j’essaie de ne pas le dire !
      A propos de « dont », il y a plusieurs cas:
      – la possession, comme dans : l’homme dont la voiture est garée là. (= cet homme a une voiture)
      – et pour remplacer « de » dans les propositions relatives: parler de quelqu’un => l’homme dont je t’ai parlé. / avoir besoin d’un outil => l’outil dont j’ai besoin.
      Je pense que pour les étrangers, c’est ce deuxième cas qui est le plus difficile car il faut en fait bien connaître la construction des verbes ou des expressions et savoir s’il y a « de » ou pas.

      Est-ce que ça t’aide un peu ? Ou bien as-tu des questions sur des exemples précis ?
      A bientôt

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :