Le grand jeu

L'Alhambra MarseilleLe Festival de Cannes bat son plein, comme tous les ans à cette époque. On peut s’y intéresser pour tout ce qu’il y a autour, les stars qui sortent le grand jeu, la traditionnelle montée des marches du Palais des Festivals, les paillettes et les robes importables ailleurs que sur le tapis rouge.

Mais c’est quand même avant tout un festival de cinéma ! Pour qui ne vit pas à Cannes et ne suit pas ce qui s’y passe au jour le jour, c’est d’abord la promesse de beaux films, qui sortent en salles dès maintenant ou qui seront sur les écrans en septembre. C’est l’occasion d’entendre beaucoup parler de cinéma.

Et la cérémonie d’ouverture, nous donne un avant-goût de tous ces films, comme une bande annonce qui condenserait toutes les bandes annonces de tous les films en compétition. Lambert Wilson était le maître de cette cérémonie, au tout début dans un anglais que beaucoup de Français peuvent lui envier, puis en français, car quand même, ce festival se passe en France ! Et comme il le dit avec un zeste d’humour, puisque les Français ont la réputation d’être arrogants, soyons-le jusqu’au bout et parlons français !
Mais rendons aussi hommage aux grands cinéastes de tous les pays. Et accueillons un jury très international, présidé par une Néo-Zélandaise.

Pour regarder cette cérémonie qui dure un peu plus d’une demi-heure,
c’est ici.

En voici donc un extrait, avec aussi Jane Campion et sa traductrice, parce que j’admire cette immense cinéaste. J’ai aimé ses propos simples et généreux. J’ai aimé la rétrospective de ses films, très beau montage des images si belles de ses univers. Et quels que soient les prix attribués à la fin de la semaine, j’ai déjà envie de voir Mr Turner, Timbuktu, The Homesman, Maps to the stars, Deux jours et une nuit, The Captive, Mommy et d’autres dont je n’ai pas encore retenu le titre.

Cannes Ouverture 2014

Transcription :

Dear English-speaking friends, a recent international survey has confirmed that the French are considered to be the most pretentious, arrogant and rude people in the world. Happily and rather surprisingly, the French agree. You see, we think we live in the most beautiful country in the world and therefore that everyone should speak our language. So French it’ll be tonight. Comme on dit dans le français (1), c’est à prendre ou à laisser (2).
Comme de coutume (3), Cannes sera pendant dix jours la vitrine (4) la plus photographiée de la planète. Le diable est dans les détails. Ainsi parlait Nietsche. Et dès ce soir, le monde passera au peigne fin (5) le moindre de vos orteils, admirera vos corps sculptés, enviera vos toilettes (6) cousues à même la peau (7), vos cheveux sublimés – à 14 heures, d’abord lissés à la brésilienne, puis à 15 heures, brushés, et à 16 heures, pourquoi pas crépés, pour enfin finir à 18 heures en chignon tiré à quatre épingles (8), le coiffeur en larmes qui ne veut plus sortir de la salle de bains. Vos cils recourbés, vos mains manucurées, vos pommettes rehaussées, au volume si… nouveau. Vos bouches, vos bouches repulpées, vos corps gainés par des fermetures éclair (9) héroïques. Et on m’a dit que pour les femmes, c’était encore plus de travail.
Mesdames et messieurs, la Présidente du Jury de ce 67è Festival, la réalisatrice Palme d’Or (10) pour La leçon de piano, madame Jane Campion.

Bonsoir, Merci, merci infiniment de cet accueil chaleureux et aussi de ces images qui m’ont bouleversée. Je me sens très émue. Je dois beaucoup, énormément à ce festival. Ma carrière n’aurait pas été possible sans Cannes, et je remercie Georges Cort, Thierry Frémeaux et tout le monde pour leur soutien et leur encouragement (11). J’aime ce festival. Je le connais bien. Ça fait vingt-huit ans que je viens, tout d’abord avec mes courts-métrages, et c’est la reine (12) des festivals. C’est passionnant. Cannes ose, Cannes choisit des films dans le monde entier quel que soit leur budget, quelles que soient les stars. Cannes fête tout le cinéma, les films avec une vision unique, avec une voix spéciale. Je pense aussi que Cannes apprécie ceux qui osent, même aussi parfois les réalisatrices.

Quelques détails :
1. dans le français : bien sûr, il faut dire « en français ». Mais c’est une faute typique que font les anglophones, pour traduire leur « in ».
2. C’est à prendre ou à laisser : cette expression signifie que de toute façon, c’est comme ça, que vous ne changerez pas la situation, que vous devez vous y adapter ou renoncer. Ici, il veut dire la soirée sera en français puisqu’on est en France.
3. Comme de coutume : comme d’habitude (style plus soutenu)
4. la vitrine : c’est comme la vitrine d’un magasin, qui doit être conçue pour attirer les regards et représenter ce qu’il y a à l’intérieur.
5. Passer au peigne fin : observer de très près.
6. Une toilette : une belle tenue, un beau vêtement. (style soutenu) Ce ne sont pas des vêtements ordinaires.
7. À même la peau : directement sur la peau. (= avec le vêtement enfilé et ajusté directement sur la personne qui le porte.) On peut employer « à même » dans quelques autres situations : dormir à même le sol. (directement sur le sol)
8. tiré à quatre épingles : cette expression s’emploie normalement à propos de quelqu’un qui est très bien habillé. On dit qu’il est tiré à quatre épingles. Ici, il y a un jeu de mots dans la mesure où pour faire tenir les cheveux en chignon, il faut utiliser des épingles à cheveux.
9. Une fermeture éclair : on utilise ce type de fermeture d’un vêtement à la place des boutons.
10. La Palme d’Or : c’est la récompense suprême au festival de Cannes.
11. Leur encouragement : en français, on utilise plutôt le pluriel. On reçoit les encouragements de quelqu’un.
12. La reine des festivals : on ne peut pas utiliser ce mot féminin en français parce qu’un festival est masculin ! On dit donc : c’est le roi des festivals.

Traduction du début :
Chers amis anglophones, une enquête internationale récente a confirmé que les Français sont considérés comme les plus prétentieux, les plus arrogants et les plus impolis du monde. Heureusement et de façon assez surprenante, les Français sont d’accord. Voyez-vous, nous pensons que nous vivons dans le plus beau pays du monde et que par conséquent, tout le monde devrait parler français. Alors ce sera donc français au programme ce soir.

Petit commentaire: j’ai toujours beaucoup de mal avec ces clichés, ces stéréotypes, quel que soit le pays concerné. On bascule vite dans quelque chose qui peut tourner au manque d’ouverture d’esprit et de générosité. Mais peut-être est-ce prétentieux et arrogant de dire ça.
En tout cas, Lambert Wilson concède ce stéréotype, avec humour, mais juste après, il se moque gentiment de nos amis anglophones qui ont souvent eux aussi un peu de mal avec la prononciation du français ! « C’est à prendre ou à laisser » !

Ma photo n’a rien à voir avec Cannes ! Mais elle a à voir avec le cinéma car il s’agit d’un cinéma de Marseille très sympa, très agréable, qui passe de très bons films et fait tout pour promouvoir le goût des images et des films auprès des jeunes. On s’y sent bien.

Advertisements

Étiquettes : , ,

5 responses to “Le grand jeu”

  1. ligia pantazi says :

    Tout à fait d’accord, Anne. Les clichés employés montrent que parfois Lambert a pu être blessé par des grossièretés des anglos à l’encontre des Français. Vaut toujours mieux les ignorer et de foncer. Mais ça va, il a été drôle, alors on va le « prendre ».

    J'aime

    • Anne says :

      Merci Ligia. J’espère que de ton côté, tu n’as pas eu trop à souffrir de l’accueil des Parisiens par exemple ! Mais je suppose que c’est comme partout, il y a des gens sympas et d’autres moins. Il suffit de tomber sur ceux avec qui on partage la même approche des choses, au-delà des différences culturelles de chaque pays.

      J'aime

      • ligia pantazi says :

        J’ai eu beaucoup de chance, j’ai bénéficié d’un accueil vraiment exceptionnel partout en France, même à Paris. J’ai entendu les autres roumains parler d’un accueil un peu moins chaleureux à cause des conneries faites par nos marginaux, les roms ou les malfrats, par exemple. Mais ça c’est principalement de notre faute: on est trop discrets, chacun dans son coin. Nous ne savons pas encore gérer notre image collective, en montrant aussi notre côté positif. C’est un peu ce que je tente de changer, avec ma page web maintenant.

        J'aime

      • Anne says :

        Tant mieux si ça se passe bien. Mais c’est parfois difficile de changer l’image générale et superficielle qu’ont les gens. J’aime beaucoup ce que tu écris sur ton blog. C’est très bien raconté ! Voilà plusieurs jours que je veux t’écrire un mail à ce propos. Je vais avoir davantage de temps maintenant, donc sois patiente !

        J'aime

  2. ligia pantazi says :

    je comprends parfaitement, pas de soucis, je te remercie pour ta gentillesse, Anne. Mon ‘vrai job’ me prend la tête si bien que parfois je ne peux m’occuper de mon mail ni mon blog pendant des jours. C’est normal.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :