2A et 2B

Si nous étions le 1er avril, j’aurais cru à un poisson d’avril !
Cependant, ce titre de presse n’a pas l’air d’une plaisanterie…

plaques corses
* faire fureur: être très populaire, très à la mode.

Reprenons donc l’histoire depuis le début:
– La France est divisée en départements qui portent tous un numéro, en fonction de l’ordre alphabétique: l’Ain (01), l’Aisne (02), l’Allier (03), etc. On retrouve ces deux chiffres dans le code postal de nos adresses.
– Jusqu’en 2009, le numéro d’immatriculation de nos voitures se terminait pas les deux chiffres du département de notre domicile.
– Nos plaques minéralogiques françaises ont été transformées en plaques européennes, indépendantes de notre lieu de résidence.
– Certains (ou beaucoup) ont râlé face à la disparition du numéro de département. Alors, pour ne pas trop les brusquer, il a été admis qu’on pouvait ajouter malgré tout ces deux chiffres sur nos plaques, accompagnés en général d’un écusson ou d’un petit symbole de la région choisie.
– Et grande nouveauté, on était même libre de mettre n’importe quel numéro, indépendamment de l’endroit où on habite vraiment.

Donc désormais, voici ce qu’on peut se dire en voyant un numéro de département sur une voiture :
– soit elle a été immatriculée dans ce département-là, mais ça ne veut pas dire que les gens à qui elle appartient sont de cette région. Ils l’ont peut-être simplement achetée là-bas et n’ont pas vu la nécessité de changer la plaque juste pour ces deux chiffres facultatifs.
– soit ce numéro a été choisi par nostalgie par ses conducteurs, obligés de vivre ailleurs que dans cette région où ils ont peut-être leurs racines. Un numéro choisi par amour pour ce département. (A Marseille, on voit beaucoup de voitures en 2A ou 2B, parce que les Corses sont nombreux à vivre ici: Marseille est à une nuit en bateau d’Ajaccio, Calvi ou Propriano.)

Plaques 2A et 2B

Donc une preuve d’attachement – ou un peu plus !

plaques corses nationalistes

Du moins, c’est ce que je pensais jusqu’à la lecture de cet article :

Plaques corses force

Alors, tous les 2A et 2B qu’on voit circuler à Paris ou à Lyon ne sont pas de pauvres Corses obligés de « monter » travailler là-haut parce qu’il n’y a pas de travail dans leur île ?

Il s’agirait plutôt d’être à la hauteur de la (mauvaise) réputation des automobilistes français ? La route comme terrain d’agressivité pour certains ?
Et cerise sur le gâteau, le cliché du Corse qui ne se laisse pas faire ? C’est ce qui transparaît dans ces témoignages:

Transcription :
– C’est ce côté rebelle, le côté un petit peu… du logo qui peut plaire aussi, par rapport à d’autres logos. Et ce côté où les gens pensent qu’ils vont pas se faire embêter. C’est souvent des personnes masculines et ça va souvent être pour des grosses voitures.
– On peut choisir et pour des raisons aussi de vol et de machin (1), on se fait moins suivre en voiture.
– Selon les villes où on va, à Paris, Lyon, Grenoble, pour tout ce qui est les footeux (2), on n’est pas… Les voitures sont moins abîmées.

1. Machin : on peut utiliser ce mot à l’oral quand on ne veut pas donner plus de détails. (familier)
2. les footeux : les passionnés de foot. (familier) Elle veut dire que parfois, certains supporters des clubs de foot s’en prennent aux voitures immatriculées dans les départements « adversaires », notamment quand leur équipe perd face à l’ennemi juré, comme lorsque Paris et Marseille s’affrontent!

Transcription:
– Est-ce que c’est pas pour la mauvaise réputation des Corses, qui se laissent pas marcher sur les pieds (1) ?
– Non, ils ont pas… Ils ont bonne réputation, les Corses. Ils sont très aimables, ils sont très gentils.
– Puis peut-être parce que les Corses, ils ont le sang chaud (2).
– Mais bon, ça reste des Parisiens ! (3)

1. ne pas se laisser marcher sur les pieds : ne pas se laisser faire, défendre son honneur, etc…
2. avoir le sang chaud : s’énerver facilement, se mettre en colère immédiatement.
3. ça reste des Parisiens: cette Corse veut dire que ce n’est pas la plaque qui fait de vous un vrai Corse !

Bon, tout cela ne repose sans doute pas sur grand chose. (Où sont les vrais chiffres, les statistiques ?) Somme toute, un sujet facile dans la presse.
Mais quand même, je ne vais plus regarder les plaques d’immatriculation de la même manière ! (J’ai tendance à oublier que souvent, la voiture est bien plus qu’un moyen de transport et que dans ce domaine, l’affectif et l’irrationnel ne sont jamais très loin.)

Mais peut-être avoir les plaques magiques qui protègent de tout et repoussent les méchants nous aurait-il évité, un matin, de retrouver notre voiture dans cet état il y a quelques jours !

Quatre roues en moins
Quatre parpaings en échange de quatre roues…
« Elle va marcher beaucoup moins bien, forcément ! » – (Bourvil, dans Le Corniaud)

Étiquettes : ,

11 responses to “2A et 2B”

  1. MELewis says :

    Nous avons vécu la même expérience il y a quelques années, quand, on sortant de la maison un beau matin, mon mari a trouvé sa Scenic sur les parpaigns! Faut le faire quand même….

    J'aime

    • Anne says :

      Oui, c’est exactement ce qu’on s’est dit ! Juste sous les fenêtres de notre voisin… Et en plus, deux autres voitures ont subi le même sort dans notre lotissement cette nuit-là. Donc ils sont très organisés. Peut-être sont-ils aussi rapides (et entraînés) que les gars qui changent les roues pendant les grands prix de Formule 1 !
      Et vous, où est-ce que ça vous est arrivé? Dans une grande ville aussi ? Parce que vous avez dit l’autre fois que vous habitiez un village. J’espère que c’est plus tranquille dans un village ! Ici, le truc, c’est qu’avec le port, il y a pas mal de trafics en tout genre. Mais bon, il ne nous est arrivé que deux « incidents » de ce genre en plus de 20 ans ici. Touchons du bois !

      J'aime

      • MELewis says :

        Oui, on habitait à l’époque dans un village dans les Monts du Lyonnais, et cela s’est produit aussi juste en bas de nos fenêtres. Ils sont vraiment discrets ! Nous étions les seuls dans le lotissement de se faire piquer les roues, et on nous a dit que c’était probablement ‘une commande’, la voiture étant presque neuve. Quelques années plus tard, mon beau père s’est fait enlevé une bonne partie du moteur de sa Clio garée juste en bas de son immeuble à Lyon. Il s’en est aperçu de rien, sauf en mettant la clé au contact, point de moteur !

        J'aime

      • Anne says :

        Eh bien, ils ont fait fort avec la Clio ! ça doit faire un drôle d’effet quand on découvre le vide sous le capot !
        Ce qui fait bizarre avec ces histoires de commandes, c’est de penser qu’on est « observé », « repéré », alors qu’on ne s’en doute pas.

        J'aime

    • Anne says :

      Et autre question ! Vous avez utilisé une expression familière bien française: Faut le faire quand même !, pour exprimer la surprise, le fait qu’on est estomaqué par le culot que ces voleurs ont. Voici une super expression pour ceux qui passent par ici pour apprendre le français, et en contexte ! C’est du vécu, merci !
      Et je me demandais ce que vous diriez en anglais, sans pouvoir vraiment trouver autre chose que peut-être Weird, isn’t it ? ou quelque chose comme You won’t believe it. Mais ça ne me satisfait pas ! Quelque chose avec l’idée de culot, mais je ne vois pas.

      J'aime

      • MELewis says :

        C’est toujours difficile de trouver les bonnes correspondances dans ces petites phrases ! I might say – ‘What a nerve’ or ‘Takes a lot of nerve’ or something like that. Mais cela ne sonne pas tout à fait pareil !

        J'aime

      • Anne says :

        C’est vrai que c’est un peu différent mais c’est très bien. En tout cas, ça me parle. Merci. C’est ça que j’aime bien avec les expressions, voir par quels moyens les langues expriment dans le fond les mêmes idées, les mêmes sentiments. C’est un peu comme une photo du même lieu prise sous un angle différent.

        J'aime

      • Mirjam says :

        En Anglais on pourrait peut-être dire « (the) things people get up to! »

        J'aime

      • Anne says :

        Bonjour Mirjam, merci pour la suggestion ! (Toujours compliqué pour moi, ces emplois de get et de ce qui va avec !)

        J'aime

  2. edelweiss says :

    Bonjour Anne,

    J’aimerais bien avoir le symbole de ma “région” sur la plaque de la voiture, mais en Espagne il est absolument interdit (histoire d’effacer toute identité nationale, hors l’espagnole bien sûr). On doit porter le E, rien de plus, sinon on peut attendre une belle amende!

    edelweiss

    J'aime

    • Anne says :

      Bonjour Edelweiss, ça me fait plaisir de te lire à nouveau ! (Je te dis « tu » car on se connaît un peu maintenant !)
      Très intéressant, ce que tu nous dis sur l’Espagne. Je n’avais pas pensé à ça. En France, en fait, à part certains Corses, certains Basques et certains Bretons, le désir d’autonomie ne va pas plus loin qu’affirmer une fierté d’être de telle ou telle région. Cela ne menace pas l’unité du pays. Et c’est bien comme ça, à une époque où on voit tous ces morcellements des pays, cette incapacité à vivre ensemble. A mon humble avis !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :