Parce que ça change le sens

Arbre motsLe hasard fait bien les choses ! Voici ce qu’une écrivaine disait il y a quelques jours à la radio, à propos de l’orthographe en général et de l’importance de ne pas être fâché avec les -é ou les -er en particulier. Cette fois, vous allez penser que c’est une obsession bien française.

Et en écrivant ce billet, je me suis dit aussi que certains allaient peut-être désormais hésiter à laisser des commentaires ici, par peur de faire ces fautes hors-la-loi ! Mais sachez que si elles me surprennent et me contrarient sous la plume de journalistes ou dans des publications où elles ne devraient pas avoir leur place, elles ne m’agacent jamais chez quelqu’un qui apprend le français. Et je vous admire de trouver votre chemin dans notre labyrinthe de règles de grammaire et d’orthographe !

Transcription 
Vous avez souvent tenu des propos (1), ou écrit dans des journaux, ou parlé à la radio – sur France Culture entre autres – et même écrit des livres sur la langue et sur l’enseignement, aussi. C’est quelque chose qui vous tient à cœur (2).
– Oui. Moi, ce qui m’intéresse le plus en tout cas, c’est la base, c’est-à-dire l’école primaire et les deux premières années du collège. C’est là que tout se joue (3), hein, vraiment. Regardez, l’autre jour, ouverture du journal télévisé – c’est formidable, ça, parce que c’est l’état de notre société : « Des patrons (4) se plaignent que les fautes d’orthographe font perdre de l’argent à leur entreprise ». Oh moi, j’étais contente – vous pouvez pas savoir ! (5) – que les patrons se plaignent, parce que si c’est moi, on va encore me dire que je suis attachée à des valeurs élitistes, alors que franchement, c’est le contraire, hein ! Moi, ce que je veux, c’est que ça soit pour tout le monde, justement. Enfin bon ! (6) Donc on me dira : « oui, oui, vous regrettez l’école d’avant ». Je regrette pas l’école d’avant, je déplore l’école de maintenant et je voudrais que l’école de demain soit mieux.
Alors, qu’est-ce que vous déplorez ?
– Alors, ce que je déplore, c’est qu’on pense que faire des fautes d’orthographe par exemple, c’est rien, que les… l’orthographe, c’est un truc de classe (7), que… Ce qui est faux ! Moi, je connais beaucoup de gens qui ont pas tellement fait d’études (8) et qui font pas de fautes d’orthographe. Au fond, la faute d’orthographe, c’est quoi ? C’est pas seulement parce qu’on n’accorde pas correctement un mot ou qu’on fait une faute de grammaire. Ça veut dire qu’on ne maîtrise pas forcément très bien les liens entre les mots, les rapports entre les mots, la logique de l’expression, donc la logique de la pensée. Et si vous écrivez comme la petite vignette (9) quand j’étais petite qui était… il y avait un écriteau (10) pendu à la cage : « Le dompteur a été manger ». Eh ben, si vous écrivez a été mangé -é accent aigu au lieu de a été manger -er, vous avez deux sens tout à fait différents (11). C’est arbitraire, l’accent aigu et le -er. Bah oui ! Bah oui, sens interdit, un trait blanc, c’est arbitraire aussi. Et bah, il faut l’apprendre, et puis c’est tout, et ça change le sens. C’est ça que je veux.

Quelques détails :
1. tenir des propos : dire quelque chose (style soutenu)
2. ça vous tient à cœur : c’est très important pour vous. On l’emploie à toutes les personnes: ça me tient à cœur. / C’est quelque chose qui lui tient à cœur, etc.
3. C’est là que tout se joue : c’est la période où tout se met en place. Ensuite, c’est trop tard.
4. Un patron : un chef d’entreprise (plutôt familier)
5. vous ne pouvez pas savoir ! : on utilise cette expression pour donner plus de force à ce qu’on dit. Par exemple : Je suis fatiguée, tu ne peux pas avoir ! / Tu ne peux pas savoir comme il m’agace ! (familier)
6. Enfin bon ! : c’est ce qu’on dit pour conclure en montrant qu’on se résigne à quelque chose, qu’on accepte quelque chose mais qu’on n’est pas totalement d’accord. Par exemple : Il dit qu’il fait tout pour réussir. Enfin bon…
7. c’est un truc de classe : il s’agit du mot classe au sens de classe sociale. (c’est-à-dire que la maîtrise de l’orthographe serait liée à l’appartenance à une classe sociale élevée).
8. Il n’a pas fait beaucoup d’études = il n’est pas allé longtemps à l’école, donc il n’a pas de diplôme.
9. Une vignette : une petite image.
10. Un écriteau : une pancarte
11. les deux sens différents : Le dompteur a été mangé est une voix passive, donc le lion a mangé le dompteur. Il a été manger signifie qu’Il est allé manger, dans un style oral et familier.

Une petite remarque pour finir, à propos de l’oral:
Vous avez dû entendre que Danielle Sallenave omet de dire « ne » dans ses phrases négatives. Même à la radio, même si le travail des mots est son domaine et même si elle est membre de l’Académie Française et travaille au dictionnaire. Côté oral et vivant de ses explications.

L’émission entière est ici.

Publicités

Étiquettes :

6 responses to “Parce que ça change le sens”

  1. Béréenne attitude says :

    … membre de l’Académie Française et travaille au dictionnaire …

    S’ils sont tous ainsi à l’Académie, que sera le ‘dico’ dans 20 ans ? 😉

    … et les interviews orales des académicien : Moa, je faire partie de y’a ka-demi et j’te kif grave ! 🙂 (j’ai pas osé mettre Et je vous em*****) 😉

    J'aime

  2. Svetlana says :

    Bonjour,
    je fais des « fautes » a cause de l’absense du clavier francais parfois. Excusez-moi svp.

    J'aime

  3. Anne says :

    A mon avis, il faudra plus de vingt ans !

    J'aime

  4. Anne says :

    Pas de problème Svetlana !
    (Je crois qu’il y a des claviers français virtuels sur internet, quand on n’a pas de clavier français.)

    J'aime

  5. Jianjing says :

    Bonjour Anne

    « Il a été manger signifie qu’Il est allé manger, dans un style oral et familier »

    En fait, je n’en ai jamais entendu parler.

    Mais ça se répand à tous les verbes? Par exemple, est-ce que je peux dire, j’ai été faire des courses cet après-midi?

    Merci
    Jianjing

    J'aime

  6. Anne says :

    Bonjour Jianjing,
    Oui, on entend ça avec d’autres verbes. Donc votre phrase marche ! Mais bien sûr dans un style oral uniquement. (Quand j’étais enfant, on me disait qu’il ne fallait pas dire ça.)
    On entend: J’ai été voir mes parents, au lieu de Je suis allé(e) voir mes parents.
    J’ai été changer mon billet de train à la gare., etc.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :