L’avez-vous lu ?

La plupart du temps, je ne lis pas les romans au moment où ils sont publiés. J’attends qu’ils paraissent en livre de poche. Vieux réflexe d’économie ! Mais aussi parce qu’un livre de poche, c’est léger, transportable. Et joli, exposé sur les présentoirs des librairies.
Je viens donc tout juste de lire ce petit roman, offert par ma mère qui n’arrive pas à récupérer l’exemplaire plus cher qu’elle a prêté et qui n’est pas encore revenu !

La liste de mes envies

Je l’ai lu d’une traite.
Histoire de Jocelyne, la mercière d’Arras, dont la vie change quand elle gagne au loto, mais pas forcément comme on l’imagine. Histoire racontée à la première personne du singulier, avec simplicité et acuité, au plus près de ce qui se passe dans sa tête.

apéro tricotEt pour vous donner envie d’ajouter ce livre à la liste de vos envies à vous, cliquez ici pour regarder une jolie petite présentation par l’auteur. Sympathique !

Transcription :
J’avais écrit L’Ecrivain de la famille qui était mon premier livre, qui racontait l’histoire de… d’une famille dans le nord et j’avais imaginé une mère comme elles étaient dans les années 60-70, des petites femmes grises qui fermaient leur gueule (1) et donc, en écrivant ce personnage de femme, j’ai eu tellement de plaisir à l’écrire que je me suis juré que s’il m’était donné d’écrire un deuxième livre, je serais une femme le temps d’un livre. Après, le sujet du livre, ce qui m’intéressait, c’est de se dire : Je prends une femme, elle a 48 ans, elle est à la moitié de sa vie, elle peut changer sa vie mais c’est un rêve.
Et un jour en lisant Le Parisien (2), j’ai vu que les Français dépensaient huit milliards par an en jeux de hasard : « Tu te rends compte ? (3) Si on gagne ! » Mais ils savent qu’on gagne pas mais ces petits rêves, ça vaut les 2€. Et donc, je me suis dit : J’ai… Je vais faire comme un petit chimiste, hein, je vais mettre maman (4), papa, les deux enfants et je vais foutre (5) une bombe qui s’appelle dix-huit millions, puis je vais regarder tout ce petit monde se foutre sur la gueule (6) et je me suis amusé, délecté (7) avec ça !
Pourquoi une mercerie ?
Je trouvais que c’est un très, très beau métier, je disais de… de… d’aimer faire des choses qu’on… dans lesquelles on va mettre les gens qu’on aime pour qu’ils… C’est comme un parfum en fait, de faire une veste, une chemise. C’est le parfum d’une mère qui donne à quelqu’un puis qui va partir. Et voilà, je trouve qu’il y a un côté très, très touchant d’une enfance qu’on veut pas laisser s’enfuir. Et je voulais rendre hommage à ces métiers de gens, ces femmes qui faisaient, qui tricotaient de l’amour en fait. Moi je suis parti de tout ça, j’ai bougé le saladier puis ça a donné La liste de mes envies.

Elle fait un blog qui est… Elle sait pas ce que c’est encore, si c’est commercial ou pas mais elle va utiliser un blog pour exactement ce qu’on disait tout à l’heure, c’est-à-dire renouer du lien social (8). Zola, il y avait la place du village. Après, il y a eu le… les crieurs sur les marchés et toute cette parole de… de village, même dans les villes, ça se perd. Et elle, elle dit : Tiens, je vais me servir du blog pour raconter ça, pour raconter tous ces gens seuls et tout et la première histoire que je raconte de cette vieille dame qui regarde son blog et qui tout d’un coup retrouve le… le… le… la joie de vivre. Et c’est extraordinaire, elle recrée du lien social. Moi j’ai été content d’avoir à la fois la mercerie qui est un truc (9) ancien, le blog, la modernité et comme elle dit à un moment, je crois  que ce qui est du passé n’est pas dépassé et ce qui est du futur est pas encore passé. Donc je pense qu’il y a de la place pour les deux, pour tout ça.

– Je crois que je vais adorer (10) ce livre ! De toute façon, j’ai adoré l’auteur, donc je vais adorer le livre !
– Moi, j’ai adoré le bouquin (11) et c’est… ce qui est de plus incroyable (12), c’est que mon mari a adoré le bouquin, alors qu’il lit pas du tout.
– J’ai beaucoup aimé ce livre parce que j’aime beaucoup rire et sourire. Et honnêtement, en le lisant, plusieurs jours, en deux-trois jours, j’ai régulièrement eu le sourire. Donc c’est un petit bonheur du quotidien, ce livre.

Quelques détails :
1. fermer sa gueule : se taire, c’est-à-dire aussi ne pas protester, accepter son sort sans rien dire. (très familier, à cause de l’emploi de « gueule », qui est de l’argot pour désigner la bouche, puis par extension le visage)
2. Le Parisien : c’est l’un des quotidiens français.
3. Tu te rends compte ! : cette expression sert à montrer comme quelque chose est incroyable.
4. Maman : écoutez comme il prononce ce mot, comme si c’était man-man, au lieu de bien prononcer le « a ». Beaucoup de Français, enfants ou pas, font ça.
5. Foutre : mettre (très familier)
6. se foutre sur la gueule : se disputer, se déchirer, s’affronter, se battre. (très familier)
7. se délecter avec quelque chose : trouver énormément de plaisir à faire quelque chose
8. renouer du lien social : c’est l’expression à la mode, pour exprimer l’idée qu’on lutte contre l’isolement des gens, contre l’individualisme et qu’on récrée une vie en société.
9. Un truc : une chose / quelque chose (familier)
10. adorer quelque chose : c’est plus fort que aimer quelque chose.
11. Un bouquin : un livre (familier). On emploie très souvent ce mot à l’oral.
12. Ce serait plus correct de dire : Ce qu’il y a de plus incroyable ou alors Ce qui est incroyable. Comme souvent à l’oral, il y a mélange de deux formulations très proches.

Publicités

Étiquettes : , , ,

7 responses to “L’avez-vous lu ?”

  1. MELewis says :

    Moi aussi je préfère les livres de poche! Pas parce que c’est moins cher mais pour sa légerêté, son aspect plus doux…ainsi, les livres deviennent plus vite nous amis. En tout cas je crois que je vais me procurer celui-ci. Merci!

    J'aime

  2. Brigitte Noirhomme (@brinoirhomme) says :

    Oui, je l’ai lu et je l’ai, moi aussi, littéralement dévoré. A lire absolument.

    J'aime

  3. edelweiss says :

    Bonjour,

    Je voudrais poser une question au cas où l’auteur (ou l’editeur) lise ce blog.
    Je préfère lire au format ebook, je suis espagnole et je ne maîtrise pas le français, mais je peux lire en français et c’est plus facile avec le dictionnaire intégré de ma liseuse. Mais je ne peux comprendre pourquoi le prix du telechargement sur internet de ce ebook est plus cher que le prix du livre en papier.

    Edelweiss

    J'aime

  4. Anne says :

    Bonjour Edelweiss,
    C’est vrai que c’est énervant de voir le prix des ebooks français ! Personnellement, j’ai aussi une liseuse mais dessus, je ne lis que des livres en anglais car leurs prix sont cohérents, à mon avis: le format ebook est moins cher que le livre quand il sort et ensuite, quand le livre passe en format de poche, le prix en format liseuse baisse aussi.
    En France, le format numérique reste quasiment tout le temps cher que le livre de poche, et même bien plus cher. (Pour protéger les livres papier, ainsi que les librairies ?)
    Certains éditeurs ont fait quelques efforts. Par exemple, il y a pas mal de titres parus en Folio (poche) qui sont quasiment au même prix en version papier et version numérique. Voici le lien. Mais pas tous. Et les autres éditeurs n’ont pas la même politique. Et il y a plein de livres qu’on aimerait lire qui ne sont pas au format numérique ou alors qui sont trop chers et dans ce cas, je préfère avoir la version papier. Au moins, on peut la prêter aux amis !
    A bientôt

    J'aime

  5. Anne says :

    Alors ? Vous nous direz ce que vous en pensez !

    J'aime

  6. Anne says :

    Ah oui ! C’est presque dommage qu’il ne soit pas un peu plus long ! On aimerait rester en compagnie de Jocelyne. En même temps, c’est aussi ce qui fait le charme de ce livre: rien d’inutile.

    J'aime

  7. Jianjing says :

    Très beau morceau dans un endroit bien propice, pas genre du lancement de Harry Potter qui fait salle comble mais on ne sent que du goût commercial!

    Je connais pas Grégoire Delacourt et je sais vraiment pas s’il est un écrivain bien connu en France, ou plutôt celui qui attire des lecteurs bien particuliers. J’ai une amie qui fait la traduction des poèmes espagnols, des poèmes pas très connus, même pour les espagnols! (mais elle en raffole!) Parfois elle donne de petits discours littéraires au café pour raconter ce qu’elle en pense et ce qu’elle aime! Une atmosphère très accueillante!

    Quand je regarde cet enregistrement, je me rappelle un passage du film “Before Sunset” où Jesse est en train de faire la promotion de son livre et il a vu Celine (la magnifique Julie Delpy bien sûr). J’adore ce film et ce passage est l’un de mes préférés. Pourquoi ça? Je pense que c’est parce que, moi aussi, quand j’aime un livre, j’ai une pulsion de le partager, pas seulement avec l’auteur, mais aussi avec les autres lecteurs. C’est pas toujours facile si ce n’est pas un livre de bestseller.

    “Alors, je viens de lire un livre magnifique, je vous le conseille!, à lire absolument!”
    Deux semaines plus tard, il me dit “désolé, j’ai du mal à continuer au bout du premier chapitre, mais ça a l’air sympa!”
    Bon, ça me vraiment refroidit, même je comprend que c’est bon que les gens l’aiment out l’aiment pas.

    Depuis tout petit, je commence à m’informer des informations sur les sessions de conversation avec les auteurs, et je prépare des questions, je tout fait pour ne pas rater d’opportunité comme ça. Bien sûr, parfois, je sens un peu sur ma faim après la conversation, mais c’est bon, je compense avec les autres!

    C’est un peu comme les concerts, quand tous les spectateurs se reunissent sur le même sujet, ça sera sans doute une très belle expérience. Donc j’ai adoré ce genre de discours, de conversation!

    PS, je me trouve désorienté dans le monde de « d’, de, des, du, de la », impossible de m’en éclairer ce soir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :