La grâce et l’élégance

Danse
A nouveau un accent belge, avec des « R » bien gutturaux, pour nous parler de vocation, de parcours imprévu où rien n’était écrit d’avance, de la façon dont on habite son corps et dont on décide de partir un jour pour Paris pour y réaliser ses rêves.
J’ai beaucoup aimé cette conversation entendue l’autre jour à la radio.

Transcription :
– Mais des fois, je vais voir des spectacles de danse parce que… parce que je vois toujours un mouvement que je n’ai jamais vu. C’est infini. C’est mystérieux, c’est profondément mystérieux. Le corps est concret. Il nous échappe complètement, hein. On se retrouve plus.
A quel moment vous vous êtes intéressé au mouvement et au… du corps ?
– Je m’intéressais (1) tout d’abord au théâtre. Voilà. J’ai grandi dans une province belge au… dans les années soixante, soixante-dix. Il y avait pas beaucoup de théâtres, voire (2) rien, tu vois. Et alors le mouvement, c’était le sport. Mais c’était pas mon truc (3), le sport, les muscles, la compétition. Je voyais pas la… quelque part la grâce, ou l’élégance ou la justesse du mouvement. Et là, je l’ai découvert très, très tard. Et voilà, j’étais à l’école, j’étais brillant. On m’envoie à l’université, je m’ennuie. En faisant la philosophie, tu vois, parce que je pouvais pas choisir. Je dis : Bon, je prends le truc (4) le plus large. Puis je verrai bien. J’ai toujours voulu voyager beaucoup, partir, partir, partir. Et j’ai vu un soir une pièce de théâtre. Bon j’avais vu d’autres pièces de théâtre mais ça me disait pas grand chose (5). Je vais à un truc et ça me bouleverse quelque part. Je dis : Tiens, qu’est-ce qui se passe, là… et est tellement différent, il y avait (6), c’est vrai, un vrai choc. Je me renseigne (7). C’était deux anciens de l’école Lecoq, et du coup, il m’arrive quelque chose : je dis : Je vais à Paris ! Je vais à Paris ! Je me renseigne. C’est très cher, c’est une école privée. Encore plus déterminé ! J’y vais quand même (8). Je convaincs (9) un copain qui aussi avait… Tous les deux, on a fait : Bon, comment on va faire ? Et puis on a emprunté de l’argent, on a travaillé, on a trouvé au fur et à mesure (10). Enfin bref (11), on est partis, voilà. Et ma mère, ma famille, ils ont… Ils ont dit : Bon, au revoir. Mais qu’est-ce que tu vas faire à Paris ? Mais qu’est-ce qui te prend (12)? Alors, ça a été… je me suis… J’étais échappé (13). J’avais trouvé l’excuse et… et l’école juste.
Vous, vous mesurez 1,87 mètre (14). Jamais vous n’avez été encombré par votre corps ?
– Oui, quand j’étais… comme tout le monde, quand j’étais adolescent. Ça… ça a duré… Je crois que j’avais 21 ans quand Monika Pagneux qui était une prof de mouvement à l’école me disait : Tu es grand, tu es un arbre. Elle me disait ça, en me regardant dans les yeux : Tu es grand, tu es un arbre. Assume (15) ! Allez ! Et du coup, je suis devenu très fier de moi, très content d’être grand. Et hop (16) ! Je me suis… J’ai trouvé ma taille juste. Hein, on voit… Regardez les gens qui se trouvent trop… trop grands. Et on voit les gens qui se trouvent trop petits. La vraie grâce, une personne vraiment gracieuse est la personne qui accepte complètement les dimensions et l’état de son corps.

Quelques explications :
1. Je m’intéressais tout d’abord : au lieu d’utliser l’imparfait, on dit aussi, plus naturellement à mon avis: Je me suis tout d’abord intéressé… (au passé composé comme dans la question posée juste avant) On emploie plus facilement l’imparfait avec des expressions de temps comme: à l’époque / à ce moment-là.
2. voire = et même
3. c’était pas mon truc : ça ne m’intéressait pas (et je n’étais pas bon). (familier)
4. le truc : la chose = ici, la matière, la spécialité
5. ça me disait pas grand chose : ça ne me plaisait pas vraiment. Ou alors l’autre sens: ça ne me parlait pas, ça n’évoquait pas grand chose pour moi. Les deux sens marchent !
6. Il y avait un vrai choc : c’est assez bizarre d’employer l’imparfait car il s’agit d’un événement ponctuel. Donc on dit plus naturellement : Il y a eu un vrai choc / ça a été un vrai choc, au passé composé.
7. Se renseigner : chercher des informations sur quelque chose ou quelqu’un.
8. Quand même = malgré tout (qui est plus soutenu)
9. je convaincs : c’est le verbe convaincre. En fait, on n’emploie pas si souvent que ça cette forme conjuguée qui paraît un  peu compliquée (avec cette terminaison qu’on ne prononce pas mais qu’il faut savoir écrire!) . Souvent, on essaie de se débrouiller autrement : J’ai réussi à le convaincre… / J’ai convaincu…
10. au fur et à mesure : peu à peu, avec les événements de la vie. (sans savoir à l’avance comment cela allait se passer et en s’adaptant).
11. Enfin bref : c’est une expression utilisée oralement quand on veut abréger une explication et aller à l’essentiel.
12. Mais qu’est-ce qui te prend ?: on dit ça quand on ne comprend vraiment pas pourquoi quelqu’un fait quelque chose, pourquoi il agit de cette manière. Il y a également une nuance de désapprobation.
13. J’étais échappé : normalement, on dit : Je m’étais échappé.
14. 1,87 m : on dit : un mètre quatre-vingt sept.
15. Assumer : accepter et reconnaître que la situation est ce qu’elle est. Par exemple, on peut dire de quelqu’un qu’il assume ou n’assume pas son âge.
16. Et hop !: cette onomatopée exprime l’idée de quelque chose de soudain.

SignesCe qu’il dit de la danse correspond exactement à ce que j’éprouve quand je vois Signes, cette chorégraphie qui va de nouveau être dansée à Paris en juillet à l’Opéra Bastille. (Il existe aussi un DVD)

Petit extrait ici, notamment à partir de 3’55. (Le début est un peu lent…): des gestes où surgit tout à coup le mouvement imprévu, revisité et dépouillé. Cette façon de traverser la scène. Je me laisse surprendre à chaque fois par tant de grâce et d’élégance.

Publicités

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :