Comme on parle

Vous le savez, j’aime écouter et « observer » comment nous parlons, dans notre vie quotidienne, quand nous ne faisons pas particulièrement attention à notre style !

Dans cette petite vidéo, cette écoute de la langue est à l’œuvre à deux niveaux: petit catalogue humoristique d’expressions ou de tics de langage recensés par Norman et que vous avez sûrement remarqués en nous écoutant. Pas toujours faciles à expliquer. J’ai un peu souffert pour mettre en mots ce que nous exprimons à travers ces expressions !
Et en même temps, écouter Norman, c’est être en direct avec ce français oral qui n’a pas grand chose à voir avec ce qu’on apprend dans les manuels.

Et vous saurez même éternuer en français !

Transcription :
Bon là, je voulais faire la liste des expressions ou des trucs que les gens font quand ils parlent, qui m’énervent.
Par exemple, dans la vie, des fois, il y a… il y a des mecs, quand tu les fais rire, ils t’insultent : Tu es con (1) !
Attends (2), moi, quand on me fait rire, je fais pas : Fils de pute, je te baise ! (3).

Après, il y a la phrase fantôme, c’est-à-dire c’est des… des mecs qui disent des mots, mais au final (4), ils ont toujours rien dit :
Ouais… Non mais… Mais voilà, après, bon… D’accord, mais personnellement, c’est vrai que bon… voilà, mais… Mais clairement, ouais.
Zéro idée exprimée !


Après, des fois, il y a des mecs (5) quand tu leur poses une question, ils répondent: Oui et non.
Je sais pas, par exemple, tu leur demandes :
Est-ce que tu as aimé ce film ?
Alors, oui et non .
Les gars (6), faut choisir ! Dans la vie, soit tu dis oui, soit tu dis non ! Imagine, tu couches avec une fille :
La capote (7) a craqué ! J’espère que tu as pas le SIDA !
– Alors, oui et non
.

Après, j’aime pas trop les gens qui, après avoir vu un film, sortent cette expression (8) :Ouais, je trouve ça pas mal (9) mais la fin était un peu longuet (10), hein.
Il y a que quand (11) on voit un film qu’on dit « un peu longuet ». Je sais pas, jamais par exemple un criminel va dire :
J’ai fait quinze ans de taule (12). Bon, je te cache pas (13) que j’ai trouvé ça un peu longuet.

Après, il y a un truc (14), c’est le ouais aspiré. Il y a des mecs, quand tu leur parles et qu’ils t’écoutent, ils disent le mot ouais en aspirant de l’air. hhhOuais, ouais, ouais. Premièrement, ça te donne un petit côté secrétaire ou madame pipi (15), très dégueulasse (16). Deuxièmement, c’est bizarre, parce que c’est… c’est le seul mot qu’on peut dire en aspirant. Jamais personne va faire :
hhhsalut, hhhça va.
Ouais, et toi ?  
hhhouais, hhhça va.

Ah, il y a aussi une expression qui m’énerve, c’est une expression qui consiste à demander si c’est une blague:
Oh, merde ! Je suis parti de chez moi et j’ai complètement oublié de te ramener ton album de One Direction ! 
C’est une blague !
Evidemment que c’est pas une blague ! Comme si on allait répondre : « Ouais, ouais, carrément, c’est une blague. D’ailleurs, c’est la vanne (17) d’intro (18) de mon prochain one-man show. J’ai oublié ton CD à la maison. Je pense qu’ils vont vraiment rigoler (19). C’est très, très bien trouvé. »

Bon après, évidemment, il y a aussi les mecs un peu à l’ancienne (20), qui au lieu d’utiliser leurs propres mots, préfèrent utiliser des phrases préconçues (21), un peu ringardes (22): 
De toute façon comme je dis toujours, qui peut le moins peut le plus. (23)
Ah, va savoir. (24)
Allez, qu’à cela ne tienne. (25)
Ma foi. (26) C’est la vie.
De toute façon, comme on dit, bien manger, c’est le début du bonheur.
Ah non, ça c’est une pub (27) ! Non, non, je me suis trompé !

Dans le même genre, il y a aussi les mecs qui font un commentaire dès que tu éternues :
Atchoum !(28)
– Ah, à tes souhaits (29).
– Atchoum !
– Ah, à tes amours (29).
– Atchoum !
– Ah, à tes…
– Bon, j’ai la grippe ! Tu vas pas le dire toute la journée à chaque fois !

Après, il y a aussi les bilingues en anglais qui juste pour se la péter (30) aiment bien caser (31) des petites expressions en faisant genre (32) ils ont pas fait exprès : Non, mais cette histoire, elle m’a clairement pris la tête (33). Enfin bon, anyway.
Ah…. Bizarrement, il y a que les bilingues en anglais qui font ça. Je veux dire, il y a jamais un mec qui fait : Non mais cette histoire, elle m’a pris la tête. Enfin bon, kein Problem. Et donc je disais…

Enfin, je finirai par quatre expressions qui me donnent envie de donner des sortes de claques (34) virtuelles aux mecs qui les emploient. Il s’agit des mecs qui disent :
Bon, pour le weekend prochain, je sais pas. Disons qu’on met une option là-dessus.
Wow, c’est tellement so 2012 !
Moi, je trouve qu’il me va assez bien, ce T-shirt. Ou pas.
Eh, mardi prochain, c’est ma fête. Et c’est aussi le jour de la sortie du nouvel album de Daft Punk. Coïncidence ? Je ne pense pas ! Ça fait mal, putain !

J’ai vu que vous étiez plus d’ 1,5 million (35) à avoir cliqué ici pour vous abonner à ma chaîne You Tube. Ça me fait trop, trop plaisir ! Donc vraiment, un grand merci à toutes et à tous pour ça.
Quand je me suis réveillé ce matin et que j’ai vu ça, j’ai fait : Wow ! C’est une blague !

Des explications :
1. con : le plus souvent, c’est une insulte. Mais en fait, tout dépend du ton. Donc c’est vrai que très souvent, on l’emploie comme ici, parce qu’on trouve plutôt drôle ce que quelqu’un vient de dire.
2. Attends : à l’oral, ce verbe s’emploie sans avoir vraiment de sens.
3. Fils de pute, je te baise : là, c’est vraiment grossier, agressif et insultant. Une pute est une prostituée (en argot). Baiser signifie coucher avec une femme, mais avec l’idée de domination. Donc c’est un terme très peu poétique !
4. Au final : finalement.
5. Il y a des mecs = il y a des gens (très familier). Et en fait, on l’emploie pour les hommes seulement.
6. Les gars : c’est le moyen de s’adresser à des hommes de façon familière. On peut dire aussi : Hé, les mecs… (un peu plus familier encore)
7. une capote : un préservatif (familier)
8. sortir une expression : utiliser une expression (assez familier)
9. trouver quelque chose pas mal : trouver que c’est assez bien mais sans grand enthousiasme.
10. Longuet : un peu long, ça traîne en longueur. (familier). Normalement, au féminin, on dit longuette. Donc soit on dit : C’est un peu longuet à la fin, soit on dit : La fin est longuette. (Personnellement, je ne vois pas ce que cette expression a d’énervant ! Mais c’est sans doute un mot un peu vieilli, qui agace donc Norman.)
11. il y a que quand… = il n’y a que quand… = c’est seulement dans cette situation-là. (style très oral)
12. la taule : la prison (argot)
13. je ne te cache pas que… : je reconnais que / je dois admettre que… / c’est vrai que…
14. un truc : une chose / quelque chose (familier)
15. madame pipi : c’est le surnom qu’on donne aux employées qui s’occupent des toilettes dans les lieux publics. (Mais j’avoue que je ne comprends pas bien le rapport avec le ouais aspiré!)
16. dégueulasse : dégoûtant (très familier, plutôt vulgaire)
17. une vanne : une blague, une plaisanterie. (familier)
18. une intro : abréviation de introduction. (familier)
19. rigoler = rire (familier)
20. à l’ancienne : comme autrefois, donc traditionnel
21. préconçues : personnellement, je n’utiliserais pas cet adjectif avec le mot phrase. On dit: des idées préconçues, des opinions préconçues mais pour des phrases, on dit plutôt : des phrases toutes faites. (c’est-à-dire qui ne sont pas personnelles, pas originales.)
22. Ringard : pas très moderne / dépassé / démodé.
23. Qui peut le moins peut le plus : normalement, ce proverbe marche dans l’autre sens: Qui peut le plus peut le moins, c’est-à-dire qu’il vaut mieux toujours essayer de faire le maximum.
24. Va savoir: on emploie cette expression quand on n’a pas la réponse à une question: Pourquoi a-t-il dit ça ? Va savoir !
C’est une manière d’exprimer notre incompréhension et notre surprise.
25. Qu’à cela ne tienne : cela signifie qu’on ne va pas tenir compte d’un problème par exemple. C’est comme dire : D’accord, peu importe. On accepte donc de faire quelque chose, même s’il y a un obstacle.
Je n’ai jamais fait ça. Mais qu’à cela ne tienne, je vais essayer.
26. Ma foi : Cette expression peut prendre des sens différents et c’est compliqué à expliquer ! Très souvent, elle sert juste à renforcer ce qui vient d’être dit et à suggérer qu’on passe à un autre sujet de conversation  :
Tu as bien travaillé ?
– Ma foi.
(= Bien sûr ou Dans l’ensemble, oui)
27. une pub : abréviation de publicité
28. atchoum : c’est l’onomatopée qui représente un éternuement pour les Français. Et du coup, c’est ce que certains disent en éternuant.
29. A tes souhaits : c’est ce qu’on dit le plus couramment quand quelqu’un éternue, mais à quelqu’un qu’on tutoie. Sinon, c’est : A vos souhaits. Mais dans ce cas, en général, on ne le dit pas, car ce serait probablement un peu familier. A tes amours est la variante encore plus familière.
30. Se la péter : se donner l’air très intelligent et se sentir supérieur aux autres. On dit aussi: se la jouer.
31. caser : placer, mais avec la nuance que c’est artificiel, qu’on cherche aboslument à placer cette expression.
32. En faisant genre…: En faisant comme si… (style oral)
33. prendre la tête : on utilise cette expression familière quand on a à faire face à un problème et que ça nous demande du temps, de l’énergie, que ça occupe nos pensées. Bref, c’est compliqué et en plus, il y a l’idée que ça nous agace.
34. Une claque = une gifle
35. 1,5 million : on dit : un million virgule cinq. (Les nombres décimaux en français s’écrivent avec une virgule, pas un point.)

Norman n’est pas le seul jeune humoriste sur internet. Si vous voulez en savoir plus et découvrir d’autres jeunes très créatifs comme lui, allez chez Gabrielle.

Publicités

Étiquettes : ,

2 responses to “Comme on parle”

  1. Svetlana says :

    Bonjour Anne,
    je m’exerce, je lis, j’écoute, » j’observe », j’emprunte, bref, j’essaye de parler. Donc il y a un Français dont j’écoute des podcasts et qui me met parfois en belle humeur en expliquant des expressions françaises. Il dis: « … le bois vient des arbres, …le bois est un matérieu qui prévient de l’arbre qui sort de la terre… » C’est un petit peu primaire. Je trouve. J’éspere ne pas l’insulter. A bientôt.

    J'aime

  2. Jianjing says :

    Ummmm, je remarque que c’est plutôt chez les étudiants des langues étrangères qui ont la tendance à relever des phrases, des mots, des intonations pas forcément agréables à entendre (ou à comprendre). Pour les gens dont c’est la langue maternelle, je les ai presque jamais rencontrés avoir l’habitude d’employer les phrases qui m’énervent. Je parle anglais comme langue étrangère donc ça me rend pas très légitime d’en parler, mais côté chinois, tout va bien pour moi!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :