Mais qu’y a-t-il dans nos assiettes ?

Fait maison, c'est meilleur !

Fait maison, c’est meilleur !

Régulièrement, nous nous apercevons que ce que nous mangeons n’est pas tout à fait ce que nous pensions avoir acheté ! Du cheval à la place du boeuf annoncé, trop de gras, trop de sucre, trop de sel, des colorants, des conservateurs, des exhausteurs de goût. Bref, il faut avoir de bons yeux, un peu de temps et lire les étiquettes. Et si en plus, les étiquettes nous mentent !
Alors, tout à fait d’accord avec la conclusion pleine de bon sens de Jeanne, l’autre jour à la radio, dans son bel accent martiniquais.

Transcription:
Choquant, parce qu’on met… On ne sait même plus ce qu’il y a dans nos assiettes ! Donc raison de plus (1) pour ne plus prendre de produits surgelés (2).

Je ne suis pas très surprise parce que de plus en plus, les produits qu’on nous sert, on ne sait pas trop ce qu’ils contiennent, d’où ils viennent. Et moi, ce que je peux dire, c’est que de plus en plus, je consomme mon produit local. Ça revient plus cher (3), certes (4). Mais c’est normal, puisque nous produisons moins (5) et nos coûts de production sont plus élevés que les grossistes… enfin les… les… les gros producteurs. Si je veux faire du steak haché pour mes enfants, j’achète de la viande et je hache à la maison. Et puis, il faut que nous réapprenions, nous les femmes mais aussi les hommes, hein, à cuisiner, préparer des bons petits plats (6). C’est meilleur !

Quelques détails :
1. Raison de plus pour faire quelque chose (ou ne pas faire quelque chose) : On emploie cette expression telle quelle, pour justifier de façon plus catégorique ce qu’on fait ou pas : Raison de plus pour rester à la maison. / Raison de plus pour ne pas oublier. / Raison de plus pour refuser.
2. Les produits surgelés : on peut dire aussi simplement : les surgelés.
3. Revenir plus / moins cher : coûter plus / moins cher.
4. Certes = c’est sûr / c’est vrai.
5. Moins : on n’est pas obligé de prononcer le « S » à la fin du mot. C’est une habitude régionale (dans le sud de la France par exemple)
6. un bon petit plat : on emploie souvent cette expression, même si le plat servi n’est pas spécialement petit en quantité. Associer bon et petit, c’est une façon très positive de décrire quelque chose (souvent dans le domaine alimentaire). Par exemple : Je t’ai préparé un bon petit dîner / Je prendrais bien un bon petit dessert.

Publicités

Étiquettes : , ,

One response to “Mais qu’y a-t-il dans nos assiettes ?”

  1. Brigitte Noirhomme says :

    Impeccable, plus c’est court mieux c’est! Ce document vidéo est tout à fait d’actualité et constitue « une mise-en bouche » intéressante pour parler de l’alimentation. Merci!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :