Racines

Côte d'IvoireElle a fait sa vie en France, une vie qu’on devine pas toujours facile mais dont elle ne se plaint pas.
Elle a laissé son pays pour une vie qu’elle voulait meilleure.
Elle a un prénom dont elle s’amuse.
Elle a un joli rire !

Très bonne année à tous ceux qui passent ici !


Transcription :
– Vous venez du Mali aussi ?
– Côte d’Ivoire.
– Côte d’Ivoire.
– On est à la frontière, limite Mali-Côte d’Ivoire.
– Ça vous manque, l’Afrique ?
– Totalement !
– C’est vrai ?
– Ouais, c’est… Mais on a choisi. Donc on assume (1).
– Pourquoi vous avez choisi de vivre en France ? (2)
– Pour une vie meilleure. Pour nos enfants, c’est pas pareil. Je sais pas si vous connaissez la Côte d’Ivoire. Il y avait la guerre. Il y avait… pendant plus d’une dizaine d’années. Donc pour les enfants et pour nous. Et pour… Et ici, on peut aussi aider la famille qui se trouve en Afrique.
– Vous envoyez de l’argent régulièrement, c’est ça ?
– Forcément. Forcément, hein, c’est… c’est culturel. C’est… On est éduqué dans ce sens. Prendre la relève.
– Et vous travaillez dans quoi (2) ?
– Je suis en comptabilité. Dans l’immobilier.
– Vous êtes arrivée, vous aviez quel âge ?
– Vingt-cinq ans. J’avais fini mes études et j’arrivais pas à trouver du… du travail.
– Vous aviez fait vos études à Abidjan ?
– A l’Université d’Abidjan Cocody. J’ai fait une maîtrise en Sciences Eco. Gestion, option Finance (3).
– Et comme vous trouviez pas de travail, vous vous êtes dit : « Bon, bah, je vais aller en France. »
– Je préfère souffrir en France que souffrir chez moi, quoi.
– Pourtant, on aurait pu penser l’inverse en disant : Quitte à (4) souffrir, je préfère souffrir chez moi.
– Non, la souffrance chez toi, on l’accepte mais on se dit c’est chez soi, on doit être à même (5) d’avoir certaines opportunités. Mais si je les ai pas, que je vais de l’autre côté, même si je souffre pour avoir certaines choses, je pourrai me dire quelque part : Non, je… C’est pas chez moi.
– Donc c’est normal que je souffre.
– Voilà. Il faut que je lutte pour avoir ce que je veux, quoi. C’est… C’est comme ça. C’est plus facile à accepter.
– Je peux avoir votre prénom ?
– Fanta.
– Fanta !
– Comme la boisson.
– Vous êtes pétillante (6) aussi ?
– Ça dépend des jours !
– Vous disiez que vous aviez des enfants. Vous êtes venue, vous étiez mariée ou vous vous êtes mariée ici ?
– Non, ici. J’ai croisé le père de mes enfants ici.
– Croisé le père de vos enfants ?
– On s’est rencontrés.
– Ah oui ! C’est ça.
– C’est plus…
– Oui, c’est quand même… Quand on croise les gens, ça veut dire qu’on les revoit plus après.
– Qu’on les revoit… Non, on s’est rencontrés ici. On se connaissait pas.
– Et il travaille dans quoi, votre mari ?
– Non, il n’a rien… Il n’a pas fait d’études. Il n’a rien fait.
– Ah oui.
– C’est aussi ça, l’aventure ! Rencontrer plein de gens, des gens qui n’ont rien à voir (7) avec ce que nous on est à la base.
– Et il est de Côte d’Ivoire aussi ?
– Oui, oui. Il est de ma région. Il est de Côte d’Ivoire.
– Et pour vous, c’était important ça, qu’il soit du même pays que vous ?
– Oui. Pour les enfants. Pour ne pas qu’ils soient…. je sais pas « déculturalisés », si on peut le dire. Parce que quand on est d’une culture différente, même quand on vient de différents pays d’Afrique, il y a souvent ce problème. Au moins, lui, ses parents, je les connais, je sais d’où ils viennent. Mes enfants, que je sois aujourd’hui ou pas avec leur père, ils savent où trouver les parents de leur père et moi, mes parents, parce qu’on vient du même pays. Mais il aurait été (8), je sais pas, de l’Afrique du Sud, du Togo, du Zimbabwe, souvent c’est différent pour les enfants qui… parce que c’est… c’est l ‘Afrique. Ceux qui connaissent pas l’Afrique pensent que c’est un gros pays. Mais c’est des cultures carrément (9) opposées, différents, quoi… Différentes, ouais.

Des explications :
1. assumer quelque chose : accepter et ne pas se plaindre parce qu’on a fait ce choix consciemment.
2. Pourquoi vous avez choisi de… : ce journaliste pose toujours les questions de cette façon très orale, sans utiliser « Est-ce que… ? » ou une inversion : Pourquoi avez-vous choisi… ? ‘style plus soutenu)
3. une option : c’est une matière qu’on choisit parmi d’autres dans le cadre de ses études.
4. Quitte à (faire quelque chose) : Si je dois faire quelque chose
5. être à même de faire quelque chose : être capable de faire quelque chose, en avoir la possiblité.
6. Pétillant : cet adjectif peut s’employer à propos d’une boisson gazeuse, qui a des bulles (comme le Fanta qui est un soda très consommé dans le monde). Il s’emploie aussi à propos de quelqu’un, notamment quand on décrit son regard (des yeux pétillants), un regard plein de vie.
7. N’avoir rien à voir avec quelque chose : n’avoir aucun lien, aucun rapport.
8. Il aurait été : s’il avait été
9. carrément : vraiment / complètement

Publicités

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :