Dans mon petit panier

Guérande, Loire-Atlantique

Faire ses courses avec un panier et envoyer des cartes postales ?
Eh oui, ça existe encore !

Publicités

6 responses to “Dans mon petit panier”

  1. Bernard Bonnejean says :

    Juju n’était pas un panier percé. Elle qui gagnait si péniblement de quoi mettre dans son panier à provisions entendait bien que sa cotisation au club de basket mixte ne soit pas de l’argent jeté au panier. Elle avait rêvé de marquer des paniers, trop modeste pour se croire capable de tenir le haut du panier, mais les garçons, loin de l’aider à progresser, ne pensaient qu’à lui mettre la main au panier. Totalement découragée depuis l’incident, on la voyait déambuler dans les allées avec son panier à linge. C’est tout juste si, à la belle saison, son père lui permettait d’aller cueillir les cerises avec son panier de jardin. Le fait est que depuis qu’André Lamergie, pris sur le fait par l’entraîneur, était monté dans le panier à salade, Juju était devenue la honte de la famille. On ne la voyait plus accompagner sa mère avec le panier à pain ni son frère avec le panier à pêche. C’en était même fini du panier à pique-nique sur la plage avec ses amies. En fait, c’était devenu un véritable panier de crabes. Mais un jour, elle se révolta et jeta le panier à bois et son contenu à travers la salle. Elle quitta les bords de l’Atlantique pour l’Entre-deux-Mers et depuis, accompagnée de son mari, on ne la voit plus guère qu’avec un panier à vendange.

    P.-S. : Il n’empêche qu’Anne a bien raison ! Un panier en rotin ou un panier d’osier à anse, ça a quand même une autre allure qu’un sac en plastique de chez Carrefour-Market !

    J'aime

  2. Bernard Bonnejean says :

    Guérande 1957, la famille.

    J'aime

  3. Bernard Bonnejean says :

    Allons-y :

    « Un panier percé » est en quelque sorte « un panier qui fuit » et qui, par conséquent, ne peut garder longtemps son contenu. Se dit d’une personne prodigue.

    « Un panier à provisions » sert à y mettre ses « provisions », c’est-à-dire ses courses, autrement dit de quoi s’alimenter pour une durée limitée (de plus en plus limitée d’ailleurs compte-tenu de la crise).

    « De l’argent jeté au panier » : le prodigue ne dépense pas l’argent, il le jette, au sens imagé bien entendu. Il peut le jeter par les fenêtres, au panier, à la corbeille. Ici, le « panier » et la « corbeille » sont synonymes de « poubelle pour papier »…

    « Marquer des paniers » est le but du jeu de basket-ball. On dit d’un excellent marqueur ou de son équipe qu’il/elle tient le « haut du panier » en langage sportif.

    « Mettre la main au panier » se dit de la façon assez physique de dire à une dame qu’on lui trouve quelques charmes et qu’on aimerait aller plus loin si affinités. Si pas affinités, c’est soit la paire de gifles soit la plainte pour harcèlement. Attention, jeunes hommes, les Françaises, contrairement à ce qu’on vous raconte à l’étranger, ne sont pas toutes des « filles faciles ».

    « Le panier à linge » est une forme de grand panier qui contient généralement le linge à étendre frais sorti de la machine à laver. Il fut un temps, pas béni du tout, où les lavandières l’utilisaient pour apporter le linge et le rapporter du « lavoir ».

    « Un panier de jardin » devrait en principe n’être utilisé que pour y recueillir les fruits et légumes cueillis dans le jardin. Chez nous, il sert un peu à tout… y compris pour y mettre les pinces à linge.

    « Le panier à salade » est un panier à salade. C’est-à-dire tout bêtement, un panier qui contient de la salade que l’on secoue pour évacuer l’eau. Devenu rarissime. Moins rare, mais en voie de disparition, « le panier à salade » des flics où l’on coffrait les malfrats pour les mener au commissariat ou à la gendarmerie. |||Par analogie, familier. Voiture inconfortable. Moi, disait Hâan, voilà comment je comprends les voyages! Ne me parlez pas de ces vieilles pataches, de ces vieux paniers à salade qui vous éreintent (ERCKMAN.-CHATRIAN., Ami Fritz, 1864, p.177). En particulier. Voiture cellulaire, car de police. C’était une voleuse (…) que la gendarmerie transférait d’un lieu à l’autre dans un de ces odieux véhicules que les gamins de Paris appellent métaphoriquement paniers à salade (HUGO, Rhin, 1842, p.42). Minuit sonna. Un panier à salade s’arrêta devant la porte. Charles regarda de tous ses yeux. Il vit enfourner de ses compagnons, le barman et M. Alexandre, plusieurs poufiasses, la tignasse de marchand de marrons de Pedro. Puis la voiture s’ébranla (ARAGON, Beaux quartiers., 1936, p.471).|||

    « Le panier à pain » et le « panier à pêche » ne demande pas d’explications particulières sinon qu’ils se font rares.

    Plus intéressant : « le panier de crabes ». S’emploie assez couramment. En voici l’explication détaillée trouvée sur Internet :

    |||Un ensemble de personnes qui se haïssent et cherchent à se nuire.

    Normalement, dans une équipe soudée, il y a ce qu’on appelle « un esprit d’équipe », tous les membres travaillant main dans la main pour construire ensemble leur projet.

    Et puis il y a le panier de crabes, une équipe où il n’y aucun esprit, sauf du mauvais esprit, celui de nuisance envers ses petits ‘camarades’, souvent caché sous une façade de bonne entente, comme on en trouve dans certaines entreprises ou dans certains partis politiques (je ne citerai aucun nom).
    Le panier de crabes est aussi le royaume de la peau de banane, de la rumeur assassine et de l’ambiance détestable.

    C’est par allusion à ce panier ou ce casier où les ‘pêcheurs’ de crabes les entassent et où les pinces menaçantes grouillent, donnant l’impression qu’ils cherchent à s’entredévorer, que cette expression est née au cours de la première moitié du XXe siècle.|||

    OUF ! Je crois avoir fait le tour de la question ou presque. Merci Anne de me faire ainsi travailler le cerveau. Comme on dit : ça m’amuse et ne me prend pas trop la tête. Pas de quoi, en tout cas, attraper la grosse tête.

    DITES, LES JEUNES, SI JE VOUS ENNUIE VOUS ME LE DITES. ANNE AUSSI D’AILLEURS.

    J'aime

    • Anne says :

      Explications complètes ! Tout ce que je n’ai pas le temps de faire ! Donc merci pour la collaboration. Je suis sûre qu’il y a de toute façon des visiteurs de ce blog qui y trouveront leur bonheur, en fonction de ce qu’ils viennent chercher ici. Chacun lit ou regarde ce qui l’intéresse, je suppose.
      Et j’ajoute: des visiteurs de tous âges, car je sais qu’il n’y a pas que des étudiants autour de la vingtaine, fidèles à ce blog ou visiteurs occasionnels.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :