Lèche-vitrines

Se promener dans le centre de n’importe quelle ville aujourd’hui, c’est tomber invariablement sur les mêmes magasins. Leur nécessaire appartenance à une chaîne les rend prévisibles et familiers jusqu’à l’ennui, quelle que soit la région, quelle que soit la ville.

Alors, l’oeil est attiré par d’autres couleurs, d’autres devantures, d’autres noms.
Et si en plus c’est fait avec humour, en jouant sur les mots et les sonorités…
Petites promenades à Toulouse et Marseille.

On n’y trouve pas l’habituel cochon d’Inde mais un Cochon Dingue, c’est-à-dire un cochon un peu fou, puisque c’est ce que signifie dingue en argot.

Les poules y ont troqué contre un M leur P dans la traditionnelle expression populaire, Quand les poules auront des dents*, détournée par ce restaurant où on mange bien sûr… des moules.

Et les poussins y changent tout simplement de couleur, pour le plaisir des amateurs de chocolat et autres douceurs.

* Quand les poules auront des dents: jamais.

Faire du lèche-vitrines, c’est se promener en regardant les vitrines des boutiques.

Publicités

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :