Des moutons et des étoiles

Ariège, été 2011

Cette fois, partons loin des supermarchés et de l’agitation !
Partons en compagnie… d’un berger et d’une bergère. Ils ont choisi cette vie qui les emmène pendant les mois d’été en pleine montagne.
C’est un joli voyage qui parle de silence et de solitude choisie, de plénitude et de bonheur.
Du bonheur d’être au monde, une infime partie de ce monde, qu’on éprouve, je crois, dans des paysages comme ça.

Transcription:
Alors, qu’est-ce qui vous plaît, Estelle, dans la vie de bergère ?
– Eh ben, d’être dans la nature, d’être dans le silence, d’être en paix. Un peu tout ça, quoi.
Et alors là, par exemple, depuis ce matin, vous avez parlé à personne ?
– Non, bah aux chiens, quoi. Mais moi, ça me dérange pas. Je suis pas très bavarde à la base. Du coup (1), ça va.
A quoi vous pensez ?
– Ouh là, là ! Il a de ces questions (2) ! A la vie en général, sûrement.
Mais elle vous plaît, cette vie ?
– Pour l’instant, ouais. Après, je pense pas que je ferai ça toute ma vie.
Ah, quand même !
– Oui. Bah je pense que dans l’âme (3), je suis plutôt artiste. Donc là, pour l’instant, ça me nourrit. Donc ça me fait du bien. Mais je pense que, à long terme, je ferai autre chose.
Mais artiste dans quel domaine ?
– Dans la danse, beaucoup. C’est ce qui me fait le plus vibrer. Après, il y a… Je fais aussi de la calligraphie, un peu de musique, un peu tout ça. J’aime créer, quoi.
Mais vous savez exactement combien vous avez de brebis ? Ou vous dites 2200, comme ça.
– Bah si. Quand les éleveurs, ils nous les amènent, ils savent combien il y en a exactement.
Ouais.
– Et après, il suffit de déduire celles qui sont mortes et puis on a le… le chiffre exact.
Mais là, depuis le début de l’été, vous en avez perdu combien ? On a vu… J’ai vu une carcasse l’autre jour.
– Ouais. C’est une brebis que j’ai soignée et qui est morte quand même. Mais… Mais bon, elle… elle bougeait plus presque (4). Elle était mal barrée (5), quoi.
Elle est morte de quoi ?
– Je sais pas trop (6).
Ouais. Et alors là, l’éleveur, il…il vous dit: « Bah alors ! Qu’est-ce que tu as fait (7) de mes brebis ? »
– Oh, non. En fait, il y a 1 à 2% de pertes qui sont normales durant l’estive (8), quoi. C’est sûr que si on en a 200 qui crèvent (9) sur 2000, ça va pas, 200. Mais 20, ça va.
Vous avez le look (10), Boris, hein, avec votre béret !
– Ouais, ouais. Et puis comme ça, les touristes au moins, ils prennent la photo, ils sont contents, ils repartent et ils peuvent dire qu’ils ont vu un berger ! Non, le béret, c’est pratique, ça tient bien au vent. C’est étanche pour la pluie et ça permet de donner une correction à son chien sans lui faire mal.
Ah oui !
– Enfin moi, je trouve ça bien. Voilà. Et puis quand on en a marre (11), on le met dans la poche, ça se plie. Donc c’est pas que des raisons esthétiques.
Je m’en doute (12) ! J’en suis même convaincu. Ça fait combien de temps que vous êtes ici ?
– Ça fait un peu plus d’un mois et demi.
Mais c’est la première année que vous passez l’été là ?
– Ouais. Et j’espère que ça sera pas la dernière. Je m’y plais bien.
Ah, le cadre (13) est magnifique, hein ! C’est… En plus, ça y est, les nuages sont presque partis, il y a du ciel bleu.
– Voilà, ça nous dérange pas de vivre en dehors de là où il y a pas de routes, quoi. C’est même un avantage. On peut voir les étoiles, il y a pas de lampadaires. Non mais c’est des choses toutes bêtes (14), mais quand on y est habitué et qu’on se retrouve dans un village, après, ça fait vraiment bizarre.
On a l’impression d’être en dehors du monde.
– Ouais, ouais, c’est ça un peu. Bah, en dehors du monde, disons que la plupart de ce qu’on voit du paysage, on peut se dire qu’il y a quelques milliers d’années, c’était le même paysage, quoi. Donc quelque part (15), on est en dehors du monde humain actuel, mais on est au coeur du monde de toujours, quoi.
Il y a un côté méditatif dans le métier de berger ?
– Ah ouais, ça, c’est sûr ! Après (16), moi j’ai toujours un peu ma radio, des bouquins (17).
Ah !
– Et ça m’arrive de passer quand même quelques heures à regarder la montagne, à regarder mes moutons manger. Et puis bon, on est toujours au calme, hein. Là en quatre mois, à part les quelques fois où on descend faire les courses… Les jours de mauvais temps aussi, c’est… Il y a des moments chouettes (18). Des fois, c’est un peu long mais je trouve que c’est encore plus méditatif avec le mauvais temps. Il y a… il y a un peu une ambiance, quoi. Le brouillard, qui monte, qui descend.

Quelques explications:
1. du coup: donc (plutôt familier)
2. Il a de ces questions ! : elle exprime sa surprise et un peu sa gêne par rapport à ses questions qu’elle trouve presque trop personnelles.
3. dans l’âme: au fond de moi-même
4. elle bougeait plus presque: ce n’est pas l’ordre habituel des mots. Mais en rajoutant presque à la fin, il nuance sa phrase, ce qui signifie que la brebis bougeait encore un tout petit peu quand il l’a trouvée.
5. être mal barrée: être dans une situation difficile et sans espoir. (argot)
6. je sais pas trop: on dit souvent ça au lieu de juste Je ne sais pas. C’est un peu moins abrupt, un peu moins définitif dans la formulation.
7. qu’est-ce que tu as fait…? : Ecoutez comment c’est prononcé. On entend juste: « Qu’est-ce t’as fait? » C’est très fréquent à l’oral, quand on ne surveille pas spécialement sa façon de parler. On mange les mots et les syllabes.
8. durant l’estive: pendant l’estive, c’est-à-dire la période (l’été) pendant laquelle les moutons sont dans la montagne. Durant est un peu plus soutenu que pendant.
9. crever: mourir (familier)
10. vous avez le look !: Il y a deux idées: vous ressemblez vraiment à l’image qu’on se fait du berger. / Ce n’est pas une tenue très « glamour ».
11. en avoir marre (de…): en avoir assez (de…) (familier)
12. je m’en doute: j’en suis sûr, je sais, j’ai bien compris. (Attention, c’est l’opposé de « douter« , qui veut dire: se poser des questions, ne pas être sûr.)
13. le cadre: le lieu, l’endroit, le paysage.
14. des choses toutes bêtes: des choses très simples, sans importance.
15. quelque part: d’une certaine manière. (Ce n’est pas le sens spatial ici.)
16. après: ceci dit. (Ce n’est pas le sens temporel habituel.)
17. un bouquin: un livre (familier)
18. chouette: super

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :