Un Roumain à Paris

Souvenirs d’un Roumain installé depuis longtemps à Paris.
Depuis ses inquiétudes et ses rêves de jeunesse, il a fait du chemin, il a passé sa vie à faire de la musique et nous avons tous dans l’oreille ses musiques de films.
J’aime beaucoup écouter ces gens qui ont vécu longtemps et intensément et qui savent raconter leur vie avec simplicité.
J’aime beaucoup les gens qui savent raconter leur vie et en font une histoire.

J’ai profité aussi de ce petit enregistrement pour parler un peu de son français (et de celui de Rebecca avec qui il dialoguait à la radio l’autre jour.)


Transcription:
– L’instrument sur lequel vous avez appris la musique, c’est quoi ?
– Je suis violoniste. Vous voyez, mon… mon violon est là. C’est un violon que j’ai de… depuis la Roumanie. Et je… Comme dans ma jeune enfance, j’avais pas… On vivait dans une chambre de… de service et j’avais pas la place d’avoir un piano, mes parents m’ont mis au violon qui est évidemment plus pratique. Et en attendant,…
– C’était à Bucarest donc ?
– A Bucarest, voilà, en attendant le jour où on aurait la place pour mettre un piano. Mais ce jour-là n’est arrivé que le jour où j’ai eu 15 ans.

– C’est surtout mon père qui rêvait de la France puisque mon père a fait ses études à Paris dans les années 30, et en revenant en Roumanie pour enterrer son père qui était mort dans les années 39 (1), la guerre l’a surpris sur place. Il a dû res[ter]… Il n’a pas pu revenir à Paris. Et ensuite le rideau (2)… les rideaux sont…
Sont tombés.
Sont tombés. Et à la fin de la guerre, les communistes sont arrivés en Roumanie, les Russes, etc… Donc il n’a pas pu revenir à Paris, puisque lui, il rêvait (de) vivre (3) à Paris avec ma mère. D’aillleurs moi, je suis procréé (4) à Paris. En fait, je suis né à Bucarest mais le moment de mon insémination (4), ça a été Paris. Donc voilà.
– Mais vous, ça vous a… Ça ne vous attirait pas plus que ça (5), Paris ?
– J’étais prêt (6) à faire ma vie en Roumanie. C’était mon père qui a organisé tout ça derrière moi, sans me dire d’ailleurs.
– Il a organisé ça dans votre dos. (7)
– Il a organisé ça dans mon dos parce qu’il avait un peu peur que s’il me disait qu’il était en train d’organiser notre départ, je parlerais à des amis ou à des gens, je ferais des indiscrétions, et c’était très grave. Donc moi, j’étais même assez désespéré au moment de mon départ parce que j’avais mes amis là-bas, j’étais amoureux. Je me disais « Qu’est-ce que je vais faire ? « On se dit: « Est-ce que ma musique va intéresser? Est-ce que je vais arriver au niveau de ces gens qui sont là-bas, qui sont extraordinaires ? », puisqu’il y avait un niveau qui me semblait fantastique par rapport à ce que je vivais, moi, en Roumanie. Ça me faisait peur. Ça m’attirait bien sûr beaucoup parce que pour moi, Paris, c’était Ravel, c’était Debussy, c’était toute la culture française. Et puis j’avais des musiciens que j’adorais, Michel Legrand ou toute une série de musiciens que j’aimais en France. Donc je… je me posais des questions de ce genre-là.
– De votre place, en fait.
– Oui, de ma place, de qu’est-ce que je pourrais faire. D’ailleurs, j’ai dit à mon père qui m’a dit: « Mais écoute, toi, tu arriveras là . Tu vas faire… refaire le Conservatoire. Tu vas faire toutes tes études et c’est moi qui va travailler. » . Mais moi, je le regardais un peu comme un zombie parce que je me disais « Mais il est fou, lui ! Qu’est-ce qu’il veut travailler à 50 ans, par rapport à ce qui se passe là-bas ! » Il m’a dit: »Mais enfin, tu n’as pas confiance en moi, etc… » et tout. Bon enfin, on est arrivé. Ça s’est passé un peu comme je pensais, c’est-à-dire que mon père, quand il est arrivé, était considéré déjà comme un… un vieil homme. Vous voyez, arriver en France à 50 ans, comme musicien, c’est pratiquement impossible. D’ailleurs, il est tombé malade, ce qui fait que moi, j’ai dû tout de suite commencer à travailler, à donner des… des concerts de… de violon et à… à traverser (8)le monde avec mon violon. Et voilà, ça… ça a été quelques années de… de bagarres (9) très, très difficiles. Mais enfin, voilà. L’avenir a été plus… m’a récompensé, si vous voulez, de…. de toute cette…
… Persévérance.
Voilà !

Quelques remarques:
1. dans les années 39: on ne peut pas dire ça comme ça, puisque 1939 est une année unique, pas un ensemble d’années. Il faut dire juste 1939. Ou alors, si on ne sait pas vraiment quelle année c’était exactement: aux alentours de 1939.
2. le rideau = le rideau de fer, c’est-à-dire cette fermeture entre le monde occidental et les pays communistes à partir de la guerre froide.
3. il rêvait: il faut introduire le verbe qui suit avec « de », mais il ne dit pas cette préposition.
4. j’ai été procréé / mon insémination: ces mots ne sont pas corrects. Il faut uiliser le verbe « concevoir » et le nom qui correspond: « la conception ». Donc il faut dire: « J’ai été conçu à Paris ». « Le moment de ma conception ». On utilise le mot « insémination artificielle » pour les femmes qui recourent à des techniques médicales pour tomber enceintes.
5. pas plus que ça: pas vraiment
6. prêt à faire: Il fait la liaison entre « prêt » et « à », ce qui ne se fait pas normalement. En fait, ça nous fait un peu bizarre parce qu’on imagine en entendant ça « prête », au féminin, ce qui évidemment ne marche pas pour lui qui est du sexe masculin.
7. dans votre dos / dans mon dos: sans que vous le sachiez / sans que je sois au courant. (familier) C’est ce qu’il voulait dire en utilisant « derrière moi », qui ne marche pas ici parce que cette expression ne peut avoir qu’un vrai sens spatial, pas un sens figuré.
8. traverser le monde: on dit plutôt « parcourir le monde ». Ou aussi: « voyager dans le monde entier ».
9. une bagarre: une lutte, un combat. (familier)

Voici donc quelques commentaires de plus, sur la façon de poser les questions en français et sur l’accent de Vladimir.


Transcription:
Les questions écrites et orales:
Le premier point sur lequel je voulais revenir, c’est la première question posée dans cette conversation par Rebecca quand elle veut savoir sur quel instrument Vladimir a appris la musique. Et donc elle lui demande: « L’instrument sur lequel vous avez appris, c’est quoi ?  »
Ça, c’est une question complètement orale qu’on n’écrira jamais et qui passe très bien à l’oral. Donc la question correcte, en fait, évidemment, parfaite, ce serait: « Sur quel instrument avez-vous appris la musique ?  » Et cette question-là, on va… on peut l’entendre à l’oral. Mais ça va donner quand même un style très soutenu. En revanche, à l’écrit, on va l’écrire sans problème du tou, aussi bien dans une… enfin, dans un style plutôt soutenu que par exemple dans un mail à un ami. Ce que je veux dire par là, c’est que, par exemple, je ne dirai jamais ça à l’oral, très rarement. Mais ça ne me gêne absolument pas de l’écrire. Et je n’ai pas l’impression en l’écrivant d’avoir un style trop recherché. Donc il y a vraiment une différence entre l’écrit et l’oral. Et c’est ça qui est… qui est assez important à retenir.
Alors, la deuxième façon de poser la question, ce serait de demander: « Sur quel instrument est-ce que vous appris la musique ? », en utilisant cette expression « est-ce que ». Donc ça, c’est une question qui à l’oral est très neutre, c’est-à-dire que elle n’est pas particulièrement rechercchée, ni familière. Elle est vraiment neutre. On peut l’utiliser à l’écrit aussi, sauf que, bien sûr, entre « Sur quel instrument avez-vous appris le musique? » et « Sur quel instrument est-ce que vous avez appris la musique ? », il y a une différence de longueur. C’est un petit peu plus long d’écrire « est-ce que vous avez appris la musique ». Donc c’est pour ça que finalement, je pense que ça ne nous gêne pas du tout d’écrire « Sur quel instrument avez-vous appris la musique ? « , parce que c’est plus court. Voilà. Ensuite, troisième solution, c’est de demander, à l’oral : « Vous avez appris la musique sur quel instrument ? « , avec… disons l’intonation qui va montrer qu’on pose une question. « Vous avez appris la musique sur quel instrument ? « Et donc la personne va répondre en reconnaissant parfaitement la question. Ça, c’est quelque chose qu’on écrira beaucoup moins, dans… dans un… dans un texte, ou dans un mail. Voilà, ça se sera beaucoup plus réservé à l’oral. Et c’est plus familier que la forme précédente avec « est-ce que ». Et puis pour finir, donc, la question de Rébecca: » L’instrument de musique sur lequel vous avez appris, c’est quoi ? « , avec ce quoi posé à la fin comme ça de la question. Et ça, c’est vraiment totalement oral. Ne l’écrivez pas. C’est trop familier à l’écrit.

Rouler les « r »:
Ensuite, je voulais parler un tout petit peu de l’accent de Vladimir, qui est donc roumain et qui vit en France depuis très longtemps mais qui a gardé ce petit accent particulier aux Roumains, c’est-à-dire qu’il roule les « r ». Quand il prononce la Roumanie, il dit la Roumanie. Et voilà, ça c’est typique de l’accent roumain. Les Roumains parlent en général très, très bien français probablement parce que nos deux langues sont quand même assez proches, avec des origines latines. Mais très souvent, ils gardent ce… cette prononciation un petit peu particulière des « r ». Ce que je voulais dire, c’est que ça n’est pas gênant du tout, pour nous. C’est-à-dire que ça donne un petit accent, bien sûr, mais çe ne peut jamais nous gêner pour comprendre. Ça n’est pas comme par exemple les… les étrangers qui mélangent les sons « u » et « ou », qui peuvent nous gêner, nous, parce que, voilà, ça peut donner des mots différents. Là, quelqu’un qui roule les « r », ça n’est jamais un problème. Ça n’est jamais un problème, d’autant plus que en France, dans certaines régions, certaines personnes roulent les « r » de cette façon-là. Je pense en fait à des personnes qui vivent dans le sud-ouest de la France notamment. Mais il y a aussi une question d’êge, c’est-à-dire que ce sont souvent des personnes plus âgées qui ont tendance donc à prononcer les « r » un peu différemment de ce qu’on entend en général. Voilà, donc ça, ça n’est pas un problème du tout.

Et pour finir, la différence entre « y arriver » et « arriver », « là » et « là-bas » et comment utiliser « C’est moi qui… »:


Transcription:
Y arriver / arriver:
Alors maintenant, je voulais parler d’une erreur que fait Vladimir en rapportant la réaction de son père quand il a vu que son fils n’avait pas très envie d’aller s’installer en France et de quitter la Roumanie. Et donc, on entend la phrase: » Tu arriveras là ». Le problème, c’est que le verbe arriver, tout seul comme ça, signifie quelque chose de spatial, et non pas ce que voulait dire Vladimir, c’est-à-dire: « Tu y arriveras ». C’est l’expression « y arriver ». « Y arriver, ça veut dire « réussir » à faire quelque chose. Donc ici, ça veut dire: « Ne t’inquiète pas, on va s’installer en France et tout va bien se passer pour toi. Tu vas t’en sortir. Tu vas y arriver. » Arriver, c’est tout seul avant tout un sens spatial: arriver quelque part, arriver dans un pays, arriver dans une ville. Et donc là, c’était différent.

Là-bas / là:
Et le problème aussi avec cette toute petite phrase, c’est la confusion entre « là »et « là-bas ». En fait, ici, il faut dire: « Tu y arriveras là-bas. » Là-bas, c’est ce qui est loin, c’est là où on n’est pas. Donc quelqu’un qui est en Roumanie et qui pense à la France dira: « Tu pourras vivre là-bas. Ils sont partis là-bas. Ils se sont installés là-bas il y a trois ans », etc… Donc là, c’était vraiment ça:  » là-bas ». « Là », c’est toujours plus proche. Et par exemple dans des phrases comme: « Je suis là ». En rentrant à la maison, par exemple, on dit: « Coucou, je suis là. » Ou bien on arrive chez quelqu’un et on dit: « Vladimir est là ?  » Et ensuite la personne répond: « Oui, oui, il est là. Je l’appelle. » On peut dire aussi à quelqu’un par exemple: « Assieds-toi là. » Et ça veut dire: Là, tout près de moi, juste à côté. Ou bien, en faisant visiter son bureau par exemple, on peut dire: « Tu vois, je travaille là ». Donc « là » est toujours plus proche et souvent synonyme finalement de « ici », alors que quand on veut parler d’un endroit plus éloigné, c’est forcément là-bas.

C’est moi qui:
Le dernier point, c’est un petit problème de conjugaison, un problème d’accord. Donc quand il rapporte les paroles de son père, il continue en disant: »C’est moi qui va travailler ». Et ça, c’est une faute vraiment, une faute de conjugaison. Il faut dire: « C’est moi qui vais travailler ». Parce que « moi », c’est en fait « je ». Et on dit bien: « Je vais travailler », et non pas « Je va travailler », évidemment. Ce qui gêne beaucoup d’étrangers, c’est le… le fait qu’il y ait « qui » au milieu. Donc ça, il faut pas oublier, il faut bien accorder avec « C’est moi ». Si on dit: « c’est nous », ça va donner « C’est nous qui allons travailler ». Si on utilise « vous », « C’est vous qui allez travailler ». Voilà, donc c’est… c’est cet accord qu’il ne faut pas oublier. Rassurez-vous, il y a des Français en fait qui se trompent là-dessus aussi, parce que finalement, ça n’est peut-être pas si facile que ça. Alors, je prends juste deux exemples encore sur lesquels on peut se tromper parce que il y a une différence entre « je », « tu », « il », etc… C’est avec le verbe « être ». On dit « c’est moi qui suis venu(e) hier », par exemple. Et puis: « C’est moi qui ai raconté ça ». Donc « ai », avec A.I. bien sûr. Donc voilà, il faut accorder à la première personne du singulier quand on fait ce genre de phrases.

Advertisements

Étiquettes : , ,

2 responses to “Un Roumain à Paris”

  1. ligia pantazi says :

    Il s’agit là de Vladimir Cosma je pense, n’est-ce pas ? Je viens de découvrir ce poste de 2011 et je le trouve très intéressant. D’un côté j’adore la musique de Vladimir et de l’autre côté j’aime la façon dont tu expliques ( et tu pardonnes) les petites fautes de langage que nous faisons en parlant français (parfois même malgré une bonne connaissance de grammaire, en théorie). En conversation rapide c’est difficile de se rappeler toutes les règles, les temps des verbes,etc, et souvent ce qu’on fait c’est de traduire mot-à-mot du roumain en espérant que personne ne va trop s’apercevoir… Merci, Anne !

    J'aime

    • Anne says :

      Oui Ligia, c’est bien lui. (C’est un ami du mari roumain de ma meilleure amie.) Il donnait d’ailleurs un concert hier soir à Paris ! Mais bon, je n’étais pas sur place. Dommage!
      Les petites fautes, ce n’est pas grave du tout. Les Roumains parlent très bien le français en général, je trouve !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :