Trop de tout

Pour beaucoup d’étrangers, la France est le pays du luxe et des grands couturiers. Vous prononcez le nom de Chanel et tout le monde sait de qui ou de quoi vous parlez : tailleurs aux lignes épurées, le N°5, Coco, Mademoiselle…

Derrière toutes ces images, il y a l’histoire de Gabrielle Chanel et de sa réussite incomparable. Ce sont les débuts de cette construction que racontait le film Coco avant Chanel, sorti l’année dernière, avec Audrey Tautou, pleine de grâce et de détermination, aux côtés de Benoît Poelvoorde, à la diction précipitée, comme toujours.
J’avais trouvé que c’était un beau récit, à l’abri des clichés et des exagérations romantiques. Et aussi un joli portrait de femme, tout en sobriété.

Cliquez ici pour regarder la bande annonce.

Transcription:
– Comment vous vous appelez ?
– Tout le monde m’appelle Coco.
– Tu as un destin à part. Tu ne ressembles à personne.

– C’était superbe !
– Laquelle des deux est la plus jeune ?
– Quand je m’ennuie, je me sens très vieille.
– Et ce soir, vous avez quel âge ?
– Ce soir, j’ai mille ans.

– C’est pas en faisant des petits baisers mouillés à ton baron dans un trou à rats (1) que tu vas t’en sortir.(2)
– Maurice veut m’épouser.
– Tu crois vraiment qu’un baron veut épouser une fille comme toi ?

– Qui dois-je annoncer ?
– Gabrielle. Coco.
– Qu’est-ce que tu viens faire ici ?
– J’ai ma sœur qui habite pas loin.
– Tu habites chez Balsan ?
– Deux jours.
– On peut savoir ce que tu as fait de la robe que je t’avais offerte ?
– Je l’ai rependue à la fenêtre. J’avais l’impression de porter tes rideaux.
– C’est dommage. Tu ressemblais presque à une dame.

– Vous êtes élégante.
– Elle te plaît tant que ça ?
– Elle me plaît.

– J’avais jamais vu la mer.
– C’était bien, ton petit séjour ? Vous vous êtes amusés ?
– Tu es jaloux.
– Affreusement, ouais.

– Trop de plumes, trop de maquillage, trop de froufrous (3). Trop de tout !
– Tout ce qui me manque, c’est un travail. Je vais partir à Paris.
– Tu ne comptes (4) quand même pas sérieusement travailler !
– Je pense qu’elle a raison.
– Tu devrais pas lui mettre dans la tête des idées pareilles.
– J’en ai marre de (5) faire le clown pour ta bande de dégénérés !
– Ne me parle pas sur ce ton !
– Je te parle comme je veux !

– Un jour, ils se battront pour dîner à notre table.

Quelques détails :
1. un trou à rats : un endroit perdu, où il ne se passe rien. (familier)
2. s’en sortir : réussir.
3. des froufrous : des vêtements compliqués, avec des volants partout.
4. compter faire quelque chose : envisager de faire quelque chose
5. en avoir marre de quelque chose / de faire quelque chose : en avoir assez, ne plus supporter. ( familier)

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :