L’ivresse de la course

Florence Arthaud a été la première navigatrice aussi populaire, entre autre parce qu’elle a été la première femme à remporter la Route du Rhum en 1990. Sa vie est faite des sensations fortes de la course. Vivre pour elle, c’est vivre sur la mer, avec la mer. C’est une histoire de bonheur, de passion et d’humilité. Passionnante à écouter dans sa simplicité et sa sincérité.

C’est sans doute aussi ça qui l’a rendue populaire : elle ne se la joue pas* et elle partage ses exploits avec son public qui le lui rend bien. D’ailleurs, c’est souvent le cas avec ces grands champions que sont les marins : pas de frime*, pas de chichis*, pas de train de vie tape-à-l’oeil*, pas de caprices de star et un vrai contact avec les passionnés de voile et avec ceux qui sont tout simplement en admiration devant leurs aventures, ceux qui sont là par milliers pour les saluer, à Saint Malo ou ailleurs, quand ils larguent les amarres et quand ils reviennent à terre.


Transcription :
– Vous aviez quand même envie de vous mesurer à des bateaux, à des mers, à des océans et majoritairement à cette époque-là, à des navigateurs qui sont des hommes.
– Oui, oui.
– Comment ça se passe dans votre tête, ça ?
– Bah, je crois que le… le… le fait d’être concentré sur la vitesse du bateau, la… En général, les gens nous disent : « Oh, mais vous les coureurs, vous profitez pas, vous regardez pas les couchers de soleil, vous regardez pas les nuages. On les regarde dix fois plus, parce qu’on dort dix fois moins ! Et justement, nous, notre truc (1), c’est l’observation, aussi. C’est savoir regarder les nuages, regarder la mer, les changements de couleur, pour savoir le temps qu’on va se prendre sur la gueule (2)! Ou la calmasse (3) qu’on pourrait peut-être éviter. Et donc, c’est vraiment… On est… on est beaucoup plus fondu dans l’élément que si on est seulement passager pour le plaisir, sans être préoccupé par la vitesse.
– J’ai l’impression que vous nous dites aussi que… et notamment puisque vous démarrez jeune, c’est un moyen de vous rassembler, la compétition et la course. C’est le moment où vous êtes avec vous-même en… dans un état de concentration peut-être pas… alors certains diront peut-être de transe, mais il y a forcément une dimension un petit peu quand même mystique…
– Ah oui, oui.
– Et physique.
– Il y a une vibration cosmique.
– Ouais.
– Et physique parce que on est dans un état second (4). Le fait d’être isolé, de parler à personne (5), d’être dans ce décor énorme, et la fatigue aidant (6), le… Tout ça vous plonge dans un état second. Et finalement, on n’a pas… Le fait d’être en course, on pense pas à grand-chose parce qu’on est concentré sur la vitesse et on devient un petit animal, en fait, dont l’instinct revient… L’instinct qu’on perd quand on est à terre revient, l’instinct animal. Et ça, c’est génial, parce qu’en fin de compte, on se vide la tête de toutes les saloperies (7) qui nous encombrent quand on est à terre pour remplir en fait nos… nos cellules d’émotions.
– Mais il y a des odeurs en mer ? Il y a des parfums qui arrivent ? Il y a… Si je comprends bien, c’est votre oreille, vos yeux, vos sens…
– Ouais, il y a pas d’odeurs. Il y a pas d’odeurs.
– Le sel…
– Quelquefois, j’ai des hallucinations d’odeurs, moi ! D’odeurs de bouffe (8). J’ai tout d’un coup l’impression que il y a un petit bœuf mironton (9) qui est en train de mijoter à l’intérieur et tout (10). Et à chaque fois, je suis déçue parce que c’est pas le cas !
– Oui, comme dans un rêve, quoi !
– Voilà.
– J’arrive pas à savoir à quel moment, il peut vous arriver d’avoir peur. Nous, ça nous inquiète, cette… Il y a 7000 mètres de fond (11)! Vous comprenez ce que je veux dire. On vit avec ces idées-là quand même!
– Ouais, ouais, ouais.
– Alors, comment vous le dominez ? Ou est-ce que vous n’y pensez pas ? Je…
– Ah, si, si, on y pense parce que quand même on se fait des frayeurs (12) de temps en temps parce qu’on a des bateaux…
– Quand est-ce que vous avez vraiment peur ?
– Bah, j’ai eu peur deux fois. Une fois quand le cargo est venu me récupérer et que il m’a accostée et je… je connais des histoires comme ça où il y a eu des drames, où quand on l’a récupérée, la personne est tombée à l’eau et s’est fait broyer entre le cargo et… et le bateau. Et moi je…
– Sur un acte de sauvetage ?
– Sur un acte de sauvetage. Et j’ai vraiment cru à un moment, quand… quand je… Le bateau… mon bateau tapait contre la coque du cargo qui était énorme et que j’ai commencé à passer… à dériver et à passer à l’arrière, dans le remous des hélices, je me suis dit « Bon bah là, c’est foutu (13), je vais être aspirée par le remous des hélices et c’est foutu . » Et heureusement le… le commandant avait… avait coupé les… les moteurs ! Et puis sinon, on a quand même des frayeurs, des petites frayeurs. Mais c’est ça qui est bien. C’est… Parce que nous, on pousse toujours nos bateaux à la limite. Et les limites, on les connaît que (14) quand … La limite du chavirage, on la connaît que (14) quand on a chaviré. Les limites de la casse, pareil (15). Donc en fait, on… on a toujours un peu la trouille (16).
– La grosse vague, c’est un truc qui… ou par définition…?
– Bah, les grosses vagues aussi, c’est… c’est impressionnant. Non, moi je me souviens quand on était dans le… dans l’Océan Indien ou dans le Pacifique sud, dans la Course Autour du Monde, là, c’était en équipage, on avait… On entendait les déferlantes parce que les vagues peuvent être énormes, et quand on les entendait, on sentait qu’il y avait une grosse vague qui arrivait derrière nous la nuit, parce qu’on l’entendait comme un énorme coup de tonnerre. Et là, on se disait « Oh là, là ! Vaut mieux essayer de la prendre dans le bon sens et de… de la surfer dans le bon sens ! » Donc c’est… c’est toutes ces petites frayeurs, mais qu’on a dans… dans tous les autres sports en fin de compte. C’est la vitesse, quoi ! C’est… c’est les sensations de la vitesse, c’est le plaisir de la vitesse.
– C’est donc comme un champion du monde de rallye qui prend son virage.
– Voilà.
C’est du même ordre (17) pour vous.
– Voilà. Voilà. Ouais.
– Vous préférez les monocoques ou les multicoques finalement ?
– Je préfère les multicoques.
– Pourquoi ?
– Ça va plus vite ! Ça va plus vite, et justement, parce que il y a… il y a ce petit truc (18) en plus. On a des frayeurs sur les multicoques !

Quelques explications :
1. notre truc : ce qu’on aime faire et qu’on fait bien, ce qui est important pour nous. (familier)
2. se prendre quelque chose sur la gueule : ce qui va nous arriver. (argot – très familier) Une version plus neutre, c’est de dire : « ce qu’on va se prendre sur la tête / sur la figure ».
3. la calmasse : terme marin pour parler d’une période pendant laquelle il n’y pas de vent et donc les voiliers n’avancent pas. C’est le calme plat. Les marins disent aussi : « la pétole ».
4. être dans un état second : ne pas être dans son état normal.
5. le fait de parler à personne : il manque « ne » = le fait de ne parler à personne. (familier et oral)
6. la fatigue aidant : la fatigue est un facteur qui s’ajoute au reste.
7. les saloperies : tout ce qui est négatif. Les saletés. (argot – très familier)
8. la bouffe : la nourriture (argot – familier)
9. un bœuf mironton : une recette traditionnelle de bœuf en sauce.
10. et tout : cette expression nous laisse imaginer la scène avec d’autres détails. (familier et oral)
11. 7000 m de fond = 7000 m de profondeur
12. se faire des frayeurs : de faire peur tout seul parce qu’on prend des risques.
13. c’est foutu : c’est fini, tout va rater. (très familier) Plus poliment, on peut diren: c’est fichu.
14. on les / la connaît que quand… : il manque « ne » : On ne les / la connaît que… (oral et familier)
15. pareil : c’est pareil / c’est la même chose. (familier)
16. la trouille : la peur (argot – familier)
17. c’est du même ordre : c’est une expérience similaire. C’est la même chose.
18. un truc : une chose  / quelque chose (familier)

* se la jouer : avoir un comportement prétentieux, se croire supérieur aux autres et le leur faire sentir.(familier)
* la frime : c’est quand on cherche à attirer l’attention sur soi. Mais derrière, il n’y a pas grand-chose, que du bluff.
* faire des chichis : se comporter avec affectation, pas simplement.
* tape-à-l’oeil : c’est le contraire de discret. C’est quand on essaie d’attirer les regards uniquement par l’apparence, de façon ostentatoire.

Et si vous ne connaissez pas encore Sophie, une de mes étudiantes elle aussi passionnée de voile que j’ai interrogée il y a quelque temps, vous pouvez l’écouter sur France Bienvenue ici et ici.

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :