L’appel du large

Dans quelques jours, c’est le départ de La Route du Rhum, cette course à la voile en solitaire qui a lieu tous les quatre ans entre les côtes françaises – départ de Saint Malo – et la Guadeloupe – arrivée à Pointe-à-Pitre.
Les Français ne brillent pas toujours dans certains sports, mais côté voile, ils occupent souvent le devant de la scène. Alors, les navigateurs français sont très populaires en France et leurs exploits sont très suivis à la radio, à la télé et sur internet. Les Français aiment la mer. Thalassa, une émission faite de reportages sur tout ce qui touche aux océans et au monde de la navigation passe tous les vendredis soirs à la télé vers 20 heures 30 depuis des siècles ! (Enfin, depuis 1975… Des siècles, vous dis-je!) Une vraie institution !
Conclusion : les Français sont des marins !

Et les Françaises aussi !
Florence Arthaud a parcouru tous les océans dans tous les sens et gagné plusieurs grandes courses. Elle nous emmène au large.


Transcription:
Au départ, c’est familial, enfin, enfin, j’allais dire « comme tout le monde », parce qu’aujourd’hui, c’est vrai que la voile est vachement (1) démocratisée (2) en France. A l’époque, c’était pas tout à fait le cas. Donc j’ai eu la chance d’être dans une famille où on aimait les bateaux, où on avait la chance de passer trois mois d’été au bord de l’eau en Méditerranée. Donc aujourd’hui, c’est plus facile mais à l’époque, c’était une véritable chance, et puis de faire du dériveur, de commencer la… la course en dériveur à l’âge de douze ans. Mais je suis partie en croisière avec mes parents en 65 la première fois, ou en 64 je crois. J’avais six ans et demi et… et j’adorais ça. C’était des super vacances pour nous !

Vous êtes partie comme ça, pour traverser l’Atlantique !
Mais vous savez, il y a beaucoup de gens qui partaient comme ça à cette époque-là. C’était… Aujourd’hui, on peut pas l’imaginer parce qu’il y a les GPS, parce qu’il y a toute la technologie. Mais à l’époque, j’étais pas la seule à partir aveuglément dans ce genre d’aventure. Je crois que on est plusieurs à avoir fait l’école buissonnière (3) pour faire la première Route du Rhum, avec plus ou moins d’expérience. Il y en avait… Il y en a qui avaient encore moins d’expérience que moi. Et voilà, c’était l’époque qui voulait ça. Moi j’ai eu de la chance de vivre tout ça, toute cette aventure ! Mes copains (4), c’était des copains qui allaient la (5) faire, la Route du Rhum, qui étaient de grands marins, de grands navigateurs. Et je leur avais juste demandé : «Mais vous croyez que je serai capable de faire la Route du Rhum ? » Et ils m’avaient dit : « Oui. Vas-y, fais-le, tu es capable. » Mais par contre après, de faire des résultats, moi, je…je… Ma hantise (6), c’était d’être ridicule au classement, d’arriver dernière. Et en fait, bah le… le…le… le résultat a été probant (7) parce que je me suis bien placée dès les début…
Vous finissez onzième au général, seconde dans votre catégorie et première femme de la course.
Ouais. J’avais un tout petit bateau de 11,5 mètres alors qu’ à l’époque, Kersauson par exemple, il (8) avait déjà un bateau de 23 mètres, un trimaran. Il y avait des grands bateaux, quoi. Donc j’étais très contente de mes résultats et j’ai été très bien accueillie dans le monde des marins parce que ça avait été une course difficile. Moi j’ai tout de suite été bien accueillie parce que comme je dis tout le temps, je crois qu’il y a plus de machos (9) sur terre que sur mer. L’homme, le marin, c’est pas un macho. Et en plus, il y a une grande famille de marins, qu’on soit pêcheur, marin au long cours, ou dans la Royale, ou navigateur ou simple plaisancier (10), le fait d’être marin, d’être sur l’eau, les marins vous reconnaissent comme marin, dans la mesure où vous avez fait vos preuves (11). Et ils savent très bien ce que vous vivez, les souffrances que vous endurez. Donc, ils vous respectent.

Comment vous avez combattu la peur ? Et est-ce que c’est uniquement, disons, « Bah, je peux pas repartir en arrière » ? C’est ça, ma question.
Ah bah c’était pas de la peur, en fait. C’était un grand bonheur au contraire. Je le dis dans le livre, dès qu’on a quitté les côtes de vue, c’est-à-dire qu’au début, il y a quelques bateaux, et puis après, on fait chacun notre route. Et puis quand on a dépassé Ouessant, qui est la pointe la plus extrême de l’Europe, là, on savoure vraiment sa… sa solitude et sa liberté et le fait que pour moi c’était énorme parce que c’est la première fois où je prenais mon destin en main, où toutes les décisions passaient par moi et il y avait personne pour me dire ce que je devais faire ou ne pas faire, et c’était une sensation formidable de liberté et de… et de possession de ma vie et de mon destin.

Quelques détails :
1. vachement : très  (style très familier et oral)
2. se démocratiser : devenir accessible à tout le monde, et pas seulement réservé à une élite qui a de l’argent.
3. faire l’école buissonnière : ne pas aller à l’école alors qu’on est censé y aller.
4. mes copains : mes amis (familier)
5. qui allaient la faire, la Route du Rhum : en français, à l’oral, on utilise souvent le pronom avant d’avoir mentionné le nom, comme ici « la » alors qu’on n’a pas encore dit « La Route du Rhum ».
6. ma hantise : ma plus grande peur, la peur qui m’obsédait.
7. probant : positif
8. Kersauson par exemple, il avait… : à l’oral, on a souvent ce genre de construction avec 2 sujets (Kersauson et il)  à la place de la phrase correcte : « Kersauson par exemple avait… » C’est un style oral et familier, très courant.
9. un macho : un homme qui estime que les femmes sont inférieures aux hommes.
10. un plaisancier : quelqu’un qui fait de la voile ou du bateau en amateur, pendant ses loisirs. (On parle de la navigation de plaisance.)
11. faire ses preuves : prouver qu’on est capable de faire correctement une activité donnée.

* le large : c’est la haute mer, loin des côtes.

Publicités

Étiquettes : , , ,

3 responses to “L’appel du large”

  1. Jianjing says :

    Bonjour Anne,

    Je viens juste vous conseiller une épisode de Thalassa qui passe il y a quelques jours, et c’est une épisode dédiée à Marseille, à 40e anniversaire de Thalassa, une ville où on voit sa naissance, incroyable!

    Alors, au passage, presque tout ce que vous nous avez montré de Marseille s’animent! Je viens d’apprendre aussi que Marseille sert des modèles pour le décor de la série , de façon appropriée, cette épisode s’intitule !

    Mais, je le trouve très juste en regardant tous les plages, les collines, les îles, les bateaux et surtout, les Marseillais. C’est une ville vraiment à l’inverse de ce qu’on peut apprendre à l’extérieur, accueillant, vive, variée, plein d’entrain!

    Une vie continue à donner leur chance et une place à ceux qui la choisissent, comme dit cette épisode, entre Marseille et les nouveaux Marseillais, on sait plus trop qui a conquis le coeur de l’autre.

    Deux heures bien remplies, c’est sûr.

    Bonne journée!
    Jianjing

    J'aime

  2. Jianjing says :

    Ah, je sais pas pourquoi le nom de la série est supprimé dans mon commentaire….je l’essaie de nouveau ici

    « Je viens d’apprendre aussi que Marseille sert des modèles pour le décor de la série plus belle la vie, de façon appropriée, cette épisode s’intitule plus belle la mer »

    J'aime

  3. Anne says :

    Bonjour Jianjing,
    Merci pour le lien ! Je ne pensais pas que c’était possible de voir la vidéo sur internet. Je vais d’ailleurs mettre le lien directement sur le blog pour en faire profiter tout le monde, pas seulement ceux qui lisent les commentaires. Merci beaucoup.
    Eh oui, Marseille est belle ! Il n’y a que ceux qui n’y sont jamais venus qui continuent à avoir une idée négative ou fausse en tout cas. Quand nous sommes arrivés ici en 1992, nos collègues du nord nous plaignaient presque, ou en tout cas étaient surpris que nous ayons demandé à être nommés ici, tellement la réputation de Marseille était mauvaise. Nous nous y sommes sentis chez nous tout de suite et depuis, la ville a beaucoup évolué. Nous avons la possibilité d’en partir mais je ne sais pas si j’en suis capable ! Le weekend dernier, c’était l’ouverture d’une nouvelle partie des docks rénovés (avec la mosaïque bleue, qu’on voit dans l’émission.) C’est beau ! Encore un lieu qui est rendu aux Marseillais. Comme le dit un des Marseillais du reportage, toujours émerveillé, « On a de la chance! »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :