Sofian, Marivaux et les livres

Sofian n’aime pas vraiment lire. C’est ce qu’il racontait l’autre jour, avec ses mots qui se bousculent et son accent de la banlieue parisienne.
Mais à 17 ans, on est encore au lycée. Alors, on est bien obligé de lire un peu ! Et des classiques en plus, écrits dans une langue telle qu’on ne la parle plus.

Mais en fin de compte, à entendre Sofian, ça n’a pas l’air si désagréable que ça. On dirait qu’il y a des profs qui savent donner le goût des livres, ou en tout cas entrouvrir des portes.


Transcription:
Je vous propose un petit tour du côté d’un Salon littéraire qui a eu lieu la semaine dernière à Vincennes, le Salon America dédié à la littérature américaine justement. J’ai croisé Sofian, un garçon de Terminale un peu perdu au milieu des stands, un casque de MP3 sur les oreilles, le survêtement de rigueur (1), hein, en balade (2) avec un de ses copains. Il observe l’assemblée, presque amusé d’être là.

– Vous voulez m’interviewer ?
– Si vous avez un livre en main ou en poche.
– Non, je lis que des livres qu’on me donne à l’école.
– Vous lisez quoi en ce moment ?
– Marvaux (3)… C’est une pièce de théâtre. Comment ça s’appelle ?
– Ce serait pas Marivaux par hasard ?
– Ouais, Marivaux. Le Jeu de l’Amour et du Hasard.
– Ouais. Vous voulez m’en parler ?
– Oh, je sais pas quoi dire, madame. C’est un… petit ouvrage, de Marivaux. Qu’est-ce que je peux dire ? C’est en fait… C’est une caricature de deux classes sociales, très différentes : la bourgeoisie d’un côté… C’est quoi l’autre classe sociale déjà (4)? Ceux qui faisaient à m(anger)…
– Les serviteurs.
– Voilà, les serviteurs, voilà. C’est… un mariage en fait. Ils échangent les rôles en fait. Et voilà.
– Est-ce que ça vous plaît ?
– Ouais, mais j’ai pas lu entier (5) encore. Je suis qu’à la… l’acte 1, scène 6.
– Bon alors, vous me disiez que vous ne lisez que les livres que vos profs (6) vous demandent de lire finalement. Pourquoi vous lisez pas plus ?
– Je sais pas. Il y a pas beaucoup de choses qui m’intéressent en fait. C’est pas moi qui irais demain en me levant à la librairie pour acheter un… un ouvrage.
– Quand vous lisez un livre, ça vous plaît ou pas ?
– En fait, ça… Quand c’est avec l’école et tout, ça… ça me donne envie. Mais sinon…
– Qu’est-ce qui vous plaît ? C’est… c’est le professeur qui vous donne envie de le lire ou d’en parler avec vos copains ?
– Non. C’est les professeurs quand ils nous en parlent avant et tout, ça… ça nous donne envie. Ils nous expliquent un peu l’histoire et ça nous… ça nous donne envie de lire.
– Vous êtes en quelle classe ?
– Je suis en terminale STG. (7)
– D’accord. Donc vous avez déjà passé le bac français (8)?
– Ouais.
– C’est un bon souvenir ou pas ?
– Ouais. Ça va. J’ai eu 13 à l’écrit et 13 à l’oral. (9)
– Ouais, quand même ! (10) Qu’est-ce qui manque pour que vous ayez envie de lire ?
– Des explications, qu’on m’explique un peu l’histoire du livre… que… Pourquoi il a été écrit, et voilà.
– Le Jeu de l’Amour et du Hasard, c’est pas qu’une histoire. Ça raconte beaucoup de choses sur le monde, non ?
– Ouais, ça… Voilà, en fait ouais, voilà. Ça caricature le… cette période-là de l’année. C’était 1549, je crois.
– 1700, non ?
– Ouais, 1700,voilà. Et ça explique le monde du 18è siècle.
– Mais là par exemple, vous êtes dans un salon littéraire. Pourquoi vous êtes là ?
– C’est par hasard, madame. Je ne veux pas vous mentir mais c’est par hasard.
– Comment vous trouvez l’ambiance ?
– C’est spécial, un peu, quand même, hein.
– C’est-à-dire ?
– Tout le monde nous regarde bizarrement.
– Vous avez l’impression de ça ? Moi j’ai pas l’impression de ça, hein. Regardez, vous m’avez proposé de parler…
– Oui, vous. Mais tout à l’heure, j’ai demandé à… au monsieur avec sa caméra, il m’a dit « Non, c’est pas pour toi. », et d’un air…d’un air énervé. Moi j’ai l’impression.
– Bon alors, vous conseillez aux auditeurs de lire quoi alors ? Le Jeu de l’Amour et du Hasard ?
– Ah, mais ici, je pense que ça les intéresserait pas, hein. C’est plus des romans… plus complexes. Parce qu’il est vraiment simple. Il est facile à lire.
– Quand même, hein… Vous vous êtes bien débrouillé (11), hein.
– Ah ouais ? Merci alors.
– Merci Sofian.
– Merci madame.

Quelques explications :
1. le survêtement de rigueur : le survêtement obligatoirement. Tous ces jeunes sont habillés comme ça.
2. en balade : en train de se promener (familier)
3. Marvaux : Sofian a un peu de mal à retrouver le nom exact et se trompe légèrement.
4. déjà : ici, ça signifie « au fait ». (familier) Il sait qu’on lui en a déjà parlé et a besoin d’un rappel.
5. j’ai pas lu entier encore =je ne l’ai pas encore lu en entier.
6. un prof : abréviation de « professeur », familière et très utilisée.
7. la terminale STG : la dernière classe du lycée, de l’enseignement secondaire avec comme spécialité : Sciences et Technologies de la Gestion
8. Le bac se passe en terminale essentiellement. Mais l’épreuve de français a lieu en première, c’est-à-dire l’année précedente.
9. Le bac de français comporte une épreuve écrite et une épreuve orale.
10. Eh ouais, quand même ! : Elle ne s’attendait pas vraiment à ces bonnes notes et donc elle exprime son admiration étonnée.
11. bien se débrouiller : réussir quelque chose qui n’était pas évident.

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :