Louisa, l’Algérie et la France

 Les parents de Louisa étaient venus en France après la seconde Guerre Mondiale. Ils étaient nés en Kabylie, dans le nord de l’Algérie qui était alors française. Leur parcours est celui de beaucoup d’autres Algériens : un travail en France, une intégration voulue, le déchirement pendant la Guerre d’Algérie, des enfants nés et élevés en France. Tout cela témoigne de cette histoire entre la France et l’Algérie, entre colonisateurs et colonisés. C’est ce que Louisa raconte dans ce petit extrait. Beau témoignage pour nous qui vivons aujourd’hui dans un pays où nos gouvernants mènent une politique peu glorieuse en matière d’immigration…
(A suivre…)


Transcription :
Je crois qu’en fait mes parents, ils (1) ont fait un choix d’emblée (2), hein. Ils ont posé le sol… Ils ont posé le pied sur le sol français… Papa a posé le pied sur le sol français en 1948 quand…
– Il est arrivé en 1948, il avait 27 ans.
En 48, il avait 27 ans, papa, oui.
– Il est venu pour travailler.
Ouais, il est venu pour travailler. Donc il est arrivé tout seul en 48. Il a travaillé à Péchiney comme manœuvre.
– Il a signé un contrat en Kabylie.
Il a signé un contrat en Kabylie parce que la France avait besoin de bras (3). Donc il est arrivé, il a travaillé… Il faisait les  trois-huit(4), même plus que les trois-huit parce qu’il travaillait pratiquement tout le temps. Et puis donc en 50, il y a eu maman. C’était une jeune fille qui est venue aussi d’Algérie.
– De Kabylie aussi ?
De Kabylie aussi, qui est arrivée en France avec son frère, son frère qui était venu combattre pendant la deuxième guerre mondiale, qui était reparti au pays, qui s’était marié, qui avait une jeune femme. Comme sa femme était très jeune, bah il avait amené maman pour pas que… pour pas qu’elle s’ennuie.
– Et votre maman avait douze ans quand elle est arrivée en France.
Et ma mère avait 12 ans quand elle arrive en France, à Port Vendres(5).

Et à la maison, alors à la maison, c’était…
– A la maison, on parlait quelle langue ?
On parlait français.
– Vos parents ne parlaient pas kabyle.
Que pour s’engueuler (6) !
– Qu’entre eux.
Qu’entre eux, oui.
– Ils vous parlaient français. Mais ça c’est un choix.
Ils nous parlaient systématiquement français. C’était un choix, oui, de leur part. De toute façon, je pense qu’ils avaient tout de suite compris que, en nous faisant naître en France, ils avaient plus le choix, quoi. A partir du moment où ils nous mettaient à l’école française, ils n’avaient plus le choix. Donc ils nous parlaient français. Ils nous parlaient français à la maison. On parlait français, ma mère cuisinait français. J’ai mangé du cassoulet(7), j’ai mangé… J’ai bu du vin. J’ai… j’ai… j’ai mangé des crêpes au lard de cochon. Voilà.
– Une enfance française.
Une enfance typiquement française.

Quelques détails :
1. Mes parents, ils… : à l’oral, dans une conversation familière, c’est fréquent d’utiliser à la fois le nom et le pronom : Mon père, il…  Ma mère, elle…
2. d’emblée : immédiatement, tout de suite.
3. avoir besoin de bras : avoir besoin de main d’œuvre, de travailleurs.
4. Faire les trois-huit : On travaille 8 heures dans différentes équipes selon le jour : l’équipe du matin, celle de l’après-midi, puis celle de  nuit. Comme ça, la production ne s’arrête jamais.
5. Port Vendres : ville située dans le département des Pyrénées Orientales.
6. que pour s’engueuler : seulement pour se disputer (familier)
7. le cassoulet : plat traditionnel du sud-ouest à base de haricots secs, de porc et de canard en général. Mais évidemment pas en accord avec les préceptes de la religion musulmane.

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :