Xynthia, un mois après

Orange, jaune, noir… Ce sont les couleurs qui apparaissent sur les cartes des zones frappées par la tempête Xynthia il y a un peu plus d’un mois.
Noir, ça veut dire que la zone est déclarée désormais inhabitable. Que les maisons existantes vont être rasées. Que des bulldozers vont venir effacer tout ça. Que les habitants seront indemnisés. Qu’ils devront refaire leur vie ailleurs.

Les conclusions des experts viennent tout juste d’être rendues publiques et elles suscitent la colère et l’incompréhension chez certains. Les titres des journaux parlent de « Colère noire ».
Pour d’autres sinistrés, de toute façon, il n’était pas question de retourner vivre là où ils ont failli perdre la vie.
Ce sont toutes ces émotions qui transparaissent dans ce petit reportage entendu à la radio.


Transcription:
Double peine pour les sinistrés de la tempête en Charente-Maritime et en Vendée. Mille cinq-cent dix maisons vont être détruites. Leurs propriétaires l’ont appris hier. Certains d’entre eux ne l’entendent pas de cette oreille (1)et vont saisir la justice.
« On détruit tout ce qui a été construit depuis un certain nombre d’années. Et ça, nous ne pouvons pas l’accepter. Est-ce que l’Etat veut la mort de Charron ?»

Ainsi donc des centaines de maisons vont être détruites en Charente-Maritime et en Vendée. On le savait depuis quelques jours mais on ne savait pas lesquelles. Depuis hier, les habitants de ces zones dévastées par la tempête sont fixés. Les Préfets des deux départements sont venus leur donner le verdict : 1510 maisons vont être rasées. 1510 propriétaires vont donc voir arriver les bulldozers, au nom de l’intérêt supérieur de la vie humaine, affirme l’Etat. Eh bien, il fallait s’en préoccuper avant, repondent les sinistrés dans un cri de colère qui a résonné à travers tout le pays hier.
Illustration à la Faute-sur-Mer en Vendée. Reportage de Nasser Madji:
– Tout ça, c’est la partie basse.
– Il y a tout ça dedans aussi ?
– Oui. Bah oui.
– Ouh , la vache ! (2)

Ils sont des centaines comme ce retraité à découvrir l’impensable. Sur la carte de la Faute-sur-Mer, une immense zone, environ un tiers du territoire de la commune, est concernée par la destruction d’habitations : 674 maisons rasées.
« C’est une région magnifique, c’est superbe. C’était du bonheur, c’était du bonheur. Maintenant, accepter l’idée qu’on vienne avec un bulldozer… Mettez-vous à notre place. »

Très vite, c’est la colère qui prime et c’est le Préfet qui, malgré les efforts déployés, malgré les aides annoncées, essuie les plus vives critiques.
« Vous nous noyez le poisson (3), en nous racontant des histoires invraisemblables. On va vous voir un par un avec la cellule psychologique ! Non mais oh ! (4) Ça ne passera pas ! Nos maisons ne seront pas démolies ! »
« Bravo ! »
Jean-Jacques Brot, Préfet de Vendée, finit par s’éclipser sous escorte policière.
« Retournez d’où vous venez ! »
« Vous n’êtes pas d’ici. Vous connaissez rien ! »
« Je ne me suis pas senti agressé en dépit de la virulence de certaines réactions qui ont dépassé les limites de la décence. »
Un Préfet houspillé (5), mais aussi parfois remercié. Cette sinistrée par exemple, résignée, lui est reconnaisssante :
« Que vouliez-vous que nous fassions de nos maisons ? Moi, je salue l’action préfectorale pour leur décision, rapide, efficace. La raison doit l’emporter dans ces cas-là, hein. Quand il est question de vie ou de mort, c’est tout de suite tranché, hein. »

– Tout mon quartier a eu de l’eau. Donc ceux qui étaient devant chez nous ont pris de l’eau avant nous. Eux, ils auront le droit de… de rester chez eux. Tant mieux pour eux, je suis contente. Mais nous, on est en face. On a eu de l’eau aussi comme eux, même des fois moins, et nous, on nous dit « Bon, ben voilà, vous êtes un peu plus bas, donc bah désolés, vous devez partir.
– Moi j’ai pas le même avis, hein. Si je pars, c’est pour la peur. Des fois, si ça arrivait une fois. C’est plus pour la peur. Et on a une petite fille, j’ai pas envie qu’elle revive (6) ce qu’on a vécu la nuit de la tempête. C’est surtout pour ça si je pars. Moi j’ai envie de partir, mon épouse a pas envie. J’ai envie et j’ai pas envie. Mais bon, ça, ça se comprend. On est là. Moi je suis né là en plus. Alors… Mais il y a… Quelque part (7) j’ai envie de partir pour pas revivre si éventuellement… C’est un peu la trouille (8), quoi.

Quelques détails :
1. ne pas l’entendre de cette oreille : ne pas être d’accord du tout
2. Oh / Ouh, la vache ! : expression très familière pour exprimer la surprise.
3. noyer le poisson : ne pas dire la vérité à quelqu’un, embrouiller volontairement une affaire pour éviter de traiter le problème. (Je n’aurais pas oser utiliser cette expression à propos de cette situation car des gens se sont vraiment noyés…)
4. Non mais oh ! : pour exprimer l’indignation.
5. houspiller quelqu’un : critiquer vivement quelqu’un directement.
6. En fait, il dit : « qu’elle revit ça », ce qui n’est pas la forme correcte.
7. quelque part : ce n’est pas tout à fait le sens géographique. Ici, ça signifie « d’une certaine façon ». Cette expression est devenue très à la mode et un un tic de langage chez certains.
8. la trouille : la peur, en argot.

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :