Du beurre dans les épinards

Vous avez entendu parler du Salon de l’Agriculture ? Non ?
Eh bien, imaginez une ferme gigantesque en plein Paris pendant une semaine : les plus belles vaches, les plus belles volailles, les meilleurs saucissons, les meilleurs produits fermiers, venus des quatre coins de France, pour le plus grand bonheur de quelques centaines de milliers de visiteurs, petits et grands. Vous y croiserez aussi des hommes et des femmes politiques qui viennent y prendre un bain de foule et soigner leur image au milieu des bottes de paille et des produits du terroir.

Parce que le monde paysan, c’est important, hein ! Même si dans les faits, les paysans sont de moins en moins nombreux. ( La rentabilité et la productivité sont passées par là.)  Et même si pour beaucoup, c’est de plus en plus dur de vivre de la terre.
C’est ce qu’explique Florence, éleveuse dans le Massif Central. Signe des temps : ses vaches n’ont plus de prénom, juste des numéros. Et elle arrondit ses fins de mois en faisant autre chose que s’occuper exclusivement de ses bêtes. Pas vraiment le choix, hein, Florence !


Transcription:
Non, il y a pas de Marianne à Millevaches. (1)
Elles s’appellent comment ?
Bah elles ont pas de nom, hein. Avec la quantité qu’on a maintenant, on est ce qu’on appelle ici l’élevage intensif, hein (2). Donc on n’a plus de noms. Quand j’étais plus jeune, les vaches, on en avait moins. Donc forcément, elles avaient toutes des prénoms. Mais aujourd’hui, pour pouvoir en vivre, elles ont des numéros et avec les numéros, donc on arrive à les repérer. Y a plus (3) de prénoms, à part quelques favorites, les vaches laitières, on leur laisse encore le nom de Marguerite (4)!
C’est qui , elle ?
Bah, c’est la 3902. Et celle-là, c’est la 9893… Il faut que j’aille voir parce que cette brebis, elle a perdu son agneau.
Allez, voilà maman ! Voilà ta maman ! Ah bah Sophie,  c’est Sophie ! Voilà, celle-ci, cette brebis, c’est Sophie. Voyez, on en a encore un peu, hein. On en a encore un peu qui ont (5) des prénoms. Mais malheureusement maintenant, aujourd’hui… notre métier… avec la modernité, tout ça, on s’essoufle un peu, hein. Avec toutes les contraintes qu’il y a maintenant, liées à notre métier, la surcharge de travail, tout ça, ça fait beaucoup de choses. On a quand même un petit peu de mal à en vivre, quoi. Donc depuis peu, là, j’ai trouvé une petite place (6) à l’extérieur. Je fais un ramassage scolaire (7) le matin et le soir. Bah comme on dit, hein, pour mettre du beurre dans les épinards (8), hein,  parce que l’agriculture…
On va voir nos moutons ? J’ai quelque chose de beau à vous montrer. C’est merveilleux. Alors, ce sont deux petits chevreaux. Ils sont nés ce (matin)… Non ! Ils sont nés hier soir. Alors, voilà Biquette (9). Voilà Biquette et ses deux petits. Regardez si ils sont beaux ! C’est mignon, hein ! Hein ma Biquette… Viens, ma Biquette, viens. Montre-nous tes petits bébés. Alors, alors voilà Rose. C’est la plus petite. Et Rosie. Voilà !
[…]
Il est quelle heure ?
[…]
Han ! Je suis obligée vraiment de partir ! J’ai que… J’ai que dix minutes pour me rendre à… à l’école pour chercher les enfants.

Quelques détails :

  1. Millevaches : toute petite commune sur le plateau de Millevaches, dans le Limousin.
  2. Hein : ça ne veut rien dire. C’est un tic de langage, plus ou moins fréquent, comme quand on ajoute « quoi » à la fin des phrases à l’oral.
  3. Y a plus : à l’oral on dit souvent ça. Mais à l’écrit, il faut écrire : Il n’y a plus…
  4. Marguerite : prénom féminin souvent donné aux vaches avant.
  5. qui ont : Florence prononce « qu’ont », ce qui est fréquent dans certaines régions de France.
  6. une place : un emploi.
  7. le ramassage scolaire : c’est le transport en car des enfants qui vont à l’école.
  8. pour mettre du beurre dans les épinards : pour gagner un peu plus et améliorer l’ordinaire. On emploie souvent cette expression, basée sur le fait que les épinards, c’est meilleur si on y ajoute un peu de beurre !
  9. Biquette : une biquette, c’est le mot familier ( et utilisé par et avec les enfants ) pour « chèvre ». Florence a donné ce nom-là à sa chèvre.
Publicités

Étiquettes : ,

One response to “Du beurre dans les épinards”

  1. Gabrielle says :

    Hé, hé, merci Anne, j’adore Cartier Libre !

    Il va falloir que je le mette en lien sur Gabfle, votre (excellent) blog !

    Bonne continuation. G

    Gabrielle.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :